09 mai 2017

Revue: Les 20 km de Maroilles

Voici la revue d'une de mes courses préférées, que j'ai la chance de connaitre depuis mon plus jeune âge. 
Un cadre verdoyant, un joli village, un nom qui ne laisse pas indifférent ... et des milliers de coureurs qui affluent chaque année le 1er mai pour courir dans la campagne. Les 20km c'est un incontournable des coureurs des Hauts de France et d'ailleurs, une course notamment connue pour sa difficulté dans la deuxième partie de la course, une cote interminable entre le 15eme et le 16ème kilomètre (dénivelé + 140m) et pour sa fameuse tombola de dossards . Petite revue de l'ambiance et debrief de ma course: 

IMG_20170509_001231

Comme chaque année j'arrive au village de Maroilles vers 13h. Dès l'arrivée, le ton est donné: il y a du monde malgré la grisaille du ciel et le vent. De nombreuses voitures sont deja stationnées aux abords du village. Des prairies sont pourtant ouvertes afin de servir de parking aux coureurs . Il me faut encore récupérer le dossard et le sac souvenir. 

IMG_20170510_002649

Les dossards sont distribués en face de la mairie du village. Il faut descendre l'allée principale... il y a deja beaucoup d'ambiance et l'odeur des flamiches au maroilles et des cornets de frites réchauffent davantage l'atmosphère. Le retrait des dossards est situé au centre du village , proche du car podium qui a deja commencé son animation en présentant les coureurs venus déguisés. Je parie sur les jolies 3 mousquetaires, ex-clochettes de muguet et ex-"miss fauquet" (2 copines qui ont chaque année de très jolis déguisements faits main) . J'arrive aux dossards, et il y a peu d'attente malgré le nombre de coureurs, c'est très bien organisé, une file par initiale du nom du coureur. 
Sous condition d'avoir un dossier complet (certif médical validé) les bénévoles nous remettent le dossard et un bon pour le sac souvenir...Ah ce sac souvenir! Avis aux non initiés : il contient chaque année un fromage typique qui embaume le contenu du sac souvenir (alors quand vous habitez Lille et que vous avez une heure trente de route pour remonter, je vous laisse imaginer l'odeur dans la voiture!)! D'habitude c'est un tee shirt souvenir "finisher" qui est offert aux participants , cette année c'est une petite serviette éponge (et je trouve ca plutôt utile !) . J'ai juste le temps de retrouver mes accolytes supportrices pour leur remettre mon sac et ma veste de pluie (le temps se tient ce jour malgré un bon petit vent très frais) , et je dois partir pour l'échauffement. 

IMG_20170510_002228

Le village de Maroilles est construit sur une côte. Le départ se déroule dans la rue principale, pas très large , et plusieurs sas sont disposés en fonction du chrono estimé lors de l'inscription. Comme chaque année je suis classée dans le sas rouge, c'est à dire destiné aux finisher de plus 1h50 et ce sas se situe tout en haut du village . Le départ sera donné à 15h . Il est 14H25... je remonte l'allée en courant doucement juste de quoi m'échauffer mais il est difficile de me frayer un chemin entre les coureurs se préparant au départ et ceux qui comme moi s'échauffent. Vers 14h35 il est grand temps de se placer dans le sas rouge. Les 20km de Maroilles c'est une grande fête: il y a de la musique, des fanfares, de nombreuses familles venues encourager les leurs , les enfants jouent, encouragent leurs parents, bref la joie de vivre est omniprésente... et soudain les fidèles représentants de la jovialité belge débarquent pour animer le départ : les Gilles, avec leurs sabots, leurs bosses, leurs grelots et leurs fameuses réserves de vitamine C! Je les stoppe à l'occasion pour immortaliser le moment! 

IMG_20170510_002213

 

Je retrouve également une vieille copine de fac qui prennait pour la seconde fois le départ de cette course mythique! Nous discutons quelques minutes, puis la foule se chauffe , 3, 2, 1 ... le coup de pistolet est donné et la vague humaine commence à descendre ... Il faut savoir que je cours sans montre, je fais totalement fi du chrono sur cette course que je cours pour la 4ème fois, l'essentiel étant de prendre du plaisir et de maitriser ma conduite de course , à savoir, ne pas partir trop vite, garder du souffle, ne pas craquer dans LA côte pour terminer sur un rythme plus soutenu. M'éclater quoi ! 

Nous passons sous le portique du départ environ 1minute30 aprés le top départ. Il y a du monde , 3500 coureurs... on piètine. Cela laisse le temps de faire un petit coucou à mes supportrices adorées! Nous poursuivons la descente, il y a de nombreux photographes disposés ici et là... au passage merci running59 pour cette photo !

IMG_20170510_002242

Nous arrivons vite au 1er kilométre où nous sommes enfin à plat. Nous sortons du village, puis à 1,5kilométre, nous commencons l'ascension. Une première montée, assez douce sur la route nationale. On court doucement, le temps de trouver son rythme, raisonnable puisqu'il faut en garder sous le pied pour gravir le 15eme kilométre . En haut de la cote on voit le bandeau humain qui s'étire plus loin dans la campagne. Une seconde montée plus douce arrive entre le 2eme et le 3eme kilométre, puis c'est le grand virage vers les chemins de campagne. Et c'est parti pour 5kilomètres au vert, entre les champs où les jeunes vaches nous observent , beatement. Le premier ravitaillement est installé au 5ème kilométre. Comme le chemin est assez étroit, le rythme de la course y est ralenti, on se piètinne un peu pour obtenir une petite bouteille d'eau et un quartier d'orange. Des petites poubelles sont disposées sur les 50m suivant le ravitaillement, c'est trop peu et c'est dommage car les bouteilles se retrouveront fatalement dans les fossés et dans les champs (peut etre un axe d'amélioration pour les prochaines éditions ?) . Vers le 7eme, j'entends "tiens, comme on se retrouve!".. il s'agit en fait de ma voisine de "parking-prairie". Nous nous sommes garées à coté, et le fait est qu'elle portait aussi le tee shirt finisher du marathon et cela nous avait fait rire . On se disait qu'aprés en avoir bavé pendant 42kilométres on avait bien gagné le droit de "crâner" un peu avec nos tee shirt . Nous avons échangé en courant sur notre expérience du Marathon de Paris, pour elle aussi c'était une première et une véritable victoire. Vous voyez, la course crée des liens, c'est un partage, et on ne se snobbe pas en courant !
Retour à la civilisation à partir du 8ème où nous retrouvons les premières maisons et leurs habitants toujours prêts, comme chaque année, à encourager les coureurs. Cette année la température est idéale pour courir , 13°c , habituellement il fait chaud et beau et de nombreux riverains arrosent les coureurs ce qui est bien agréable.  Nous passons à nouveau à l'endroit du départ : afin d'atteindre le 9eme kilométre il faut remonter et effectuer une boucle qui nous permettra de redescendre le village, comme au moment du départ.  Très belle ambiance dans le village , le public encourage, les enfants tendent les mains,  les coureurs qui montent croisent les coureurs qui déscendent et le village est animé par de la musique, et mes amis les Gilles qui font claquer leur sabots en distribuant des quartiers d'orange ! Le 9eme kilométre est situé devant le car podium. C'est très facile de descendre et d'atteindre le 10ème kilométre dans le bas du village, à plat. Le deuxième ravitaillement y est installé, avec eau sucre et fruits.  C'est à partir du 10ème kilomètre que la course prend une tout autre orientation. Nous partons de l'autre coté du village de Maroilles, et aprés 4 kilométres assez plats, entre chemins de campagnes et petits villages, les choses sérieuses commencent vraiment. Entre le 13 eme et le 14eme nous sommes dans des petits faux plats et c'est toujours à cet endroit que sont disposés les photographes. Je laisse passer une joelette à ce moment, en félicitant les courageux engagés dans cette belle cause (porter un enfant ou un adulte handicapé dans une course) . 

IMG_20170510_001959

Les choses sérieuses débutent réellement au 15ème kilométre. Je vois l'indication du panneau kilométrique. Je croise à ce moment un coureur plutôt en forme , de 20 ans mon ainé. Je lui dis en voyant le panneau que c'est maintenant que tout commence. Au loin on voit une montée légère. Mon nouvel ami de course (vous comprendrez plus tard) me répond qu'il s'agit d'un faux plat. Stupéfaite, je lui répond qu'il s'agit plutôt là "d'une VRAIE montée".
C'est la première fois qu'il court les 20km de Maroilles me dit-il , il ne connait pas encore la course. Je lui suggère de ne surtout pas craquer, même si ça pique un peu, je lui souhaite un bon courage, et j'avance devant lui sur cette petite montée. 
D'un coup, la petite montée tourne... et là apparait LE MUR! La montée de dingue où l'on aperçoit deja quelques coureurs ayant jeté l'éponge. Une cote dont on ne peut voir le bout puisqu'elle tourne. Il faut monter, souffler, s'accrocher... la foulée se rétrécit, les pas sont de plus en plus petits, l'attaque se fait sur la pointe du pied ... les souffles sont suffoquants, les cuisses chauffent, piquent ... de nombreux coureurs s'arrêtent... je regarde le sol ,ne le quitte des yeux,j'utilise mes bras pour monter... j'arrive dans le virage et je tourne la tête et je vois à droite mon nouveau copain de course toujours dans ma foulée. "Elle est sympa cette petite côte" lui dis je en rigolant ! Le souffle court, il ne me répond mais esquisse un sourire narquois... oui , l'épreuve est difficile . Très vite nous parvenons au sommet ... la délivrance ! D'expèrience, je sais que le plus dur est fait, mais que ce n'est pas une raison pour se relâcher ...La vue de là haut est magnifique... Je reprends mon souffle en ralentissant raisonnablement sur 500m. Je vois mon accolyte partir au loin... tant pis me dis je. Puis arrive le 3ème ravitaillement à 16km500 environ . J'ai encore de l'eau dans la main et ma gourde de secours à la taille est encore pleine. Je ne m'arrete pas, ce qui me fait gagner quelques minutes. Je retrouve mon accolyte peu aprés le ravitaillement, il me voit , et c'est à partir de là que nous commencons à courir vers l'arrivée à un rythme assez soutenu. Nous avons couru ensemble, jusqu'à l'arrivée, sans faiblir. Il courait manifestement plus vite que moi , mais l'effort m'était supportable et j'en avais encore les capacités. A partir du 18ème kilométre, la foule est de plus en plus présente, les encouragements nous portent vers l'arrivée. Nous avons un très bon rythme pour une fin de course, j'ai l'impression de voler! Les derniers kilométres descendent vers le village, et aprés quelques virages nous arrivons face au kiosque où est installé le portique d'arrivée. L'arrivée, les 200 derniers mettres sont assez sinueux, mon accolyte est toujours là. Nous passons sur la ligne d'arrivée en simultané ! 


IMG_20170510_002909


Aprés une bonne bise bien méritée , nous avons pris quelques minutes pour débriefer notre course , nous nous sommes entrainés, l'un et l'autre sur ces 5 derniers kilométres de course, moi l'ayant entrainé dans la montée pour ne pas flancher, et lui m'ayant permis de me caler à sa foulée sur les 4 derniers kilomètres et de ne rien lâcher .Il m'explique qu'il n'avait pas couru depuis plusieurs années avant de se fixer cet objectif et que son but était de passer sous la barre des 2h pour cette course! C'est chose faite, nous arrivons en 1h56 ! Ce qui au passage est un record personnel sur cette course ! Et un magnifique souvenir que cette belle rencontre et ce beau partage d'expérience! Et oui c'est pour ça que j'aime autant la course à pied, car c'est avant tout un sport de partage , d'entraide, d'échanges de trucs et astuces autour d'une passion commune , quelque soit l'expérience ou l'âge du coureur !  

 A l'arrivée, un ravitaillement assez conséquent est installé, les bénévoles (bravo à eux , sans eux pas de beaux souvenirs) distribuent aux coureurs de quoi reprendre des forces (hmm la confiture de lait c'est une tuerie!) . Et non il n'y a pas de maroilles! Mais au cas où l'envie irresistible s'en ferait sentir, il y a bien sur les fameuses barraques a frites et de nombreuses buvettes installées à l'arrivée , autour d'un second car podium. Au pied de ce car podium, on retrouve un grand bac où les coureurs viennent déposer leur dossard: c'est ce qui permettra de réaliser la grande tombola sitôt les récompenses aux premiers de chaque catégorie distribuées. Le tirage au sort commence à 18h environ, ce qui laisse le temps à chaque coureur d'arriver tranquillement et d'aller profiter d'une petite bière avec ses amis supporters. Les coureurs déguisés se voient remettre un prix, et c'est les 3 mousquetaires qui gagnent ! Comme elles sont belles!  

IMG_20170510_002619

Dernier temps fort de la journée, et même si on ne court plus, cela fait partie de l'ambiance : la tombola des 20km de Maroilles. Qui n'a jamais révé de gagner son poids en flamiche au maroilles, en café, ou , le JACKPOT DE L'ANNEE , son poids en Maroilles??  Et non ce n'est pas une blague! Bon, que l'on se rassure, il y a aussi des lots normaux : des dossards de marathon, des electrostimulateurs, des VTT... 

Je vous explique le fonctionnement de la pesée? Le tirage au sort est réalisé par 2 enfants pris au hasard dans le public. Le coureur ayant été tiré au sort est appelé , il doit être présent et en possession d'une pièce d'identité, sinon le lot est remis en jeu. Lorsqu'il est présent, le gagnant monte sur une balance, et de l'autre coté on dispose autant de fromage, de flamiche ou de café que nécessaire pour faire basculer la balance!! Pratique me direz vous de repartir avec 70kilos de maroilles dans la voiture...

IMG_20170501_182024


Rassurez vous, les lots sont généralement vendus par les gagnants à un très bon prix au pied du car podium et le gagnant repart avec une somme coquette plutôt qu'avec son poids en maroilles! C'est le public qui l'achete, et croyez moi, il n'y en a jamais assez pour tout le monde! 

En bref, les 20km de maroilles, c'est une grande fête dans la campagne, une jolie façon de fêter le 1er mai, et en plus l'inscription n'est pas très chère (10€ quand on s'y prend tôt). C'est de la joie de vivre, de la simplicité, du bonheur une ambiance que l'on ne trouve de la sorte que dans les terres du Nord ! Un incontournable , et j'espère de tout coeur que cet article vous aura donné envie de venir courir l'année prochaine pour la 35ème édition qui réserve plein de surprises pour l'occasion... et si vous n'avez vraiment pas envie de courir, ce sera toujours une bonne raison de venir gouter à la douceur d'une flamiche au Maroilles ! 

IMG_20170509_001245

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 mai 2017

C’est quoi une performance de merde??

S’il est bien une des choses qui me laisse perplexe c’est d'entendre à la fin d'une course, ou de lire d’un coureur qu’il n’est pas satisfait de lui. Nombreuses sont les fois où après une séance, ou une compétition je tombe sur les commentaires de coureurs déçus.

Comment peut on être déçu de savoir se bouger, se remuer? Est un manque de confiance en soi, ou au contraire un excès d’orgueil?  Ces coureurs dépités ne se rendent ils compte qu’en s'auto-flagellant publiquement (facebook, instagram, forum divers ..) ,  ils insultent tous ceux qui font moins bien ou qui rament pour s’améliorer ?

Screenshot 2017-05-01 at 11


La mentalité..

La bonne ou mauvaise performance commence dans la tête! A force de se mettre la pression, le corps suit le mental et flanche par énervement. “je veux mieux faire”, “je dois courir plus vite” “je veux battre untel” …  Bref on a vite fait de polluer notre esprit de pensées stressantes. Le stress c’est ce qui va manger votre énergie. Vous aurez beau être dans une forme olympique, si l’intérieur est pourri , vous ne parviendrez pas à atteindre votre objectif. A l’inverse, lorsque l’on aborde son épreuve complètement dénué de stress et que l’on sait mettre un peu le côté compétition, la performance ne sera jamais mauvaise! Car vous saurez voir votre effort, vous saurez apprécier les encouragements de ceux qui se mettent le long des routes pour vous donner de l’énergie (et rien de les y oblige! Appréciez!) , et vous saurez profiter de la fête … avec bien souvent une belle surprise sur le chrono final ! Alors détendez vous, distrayez vous, parlez, chantez, discutez et surtout ne pensez qu’à vous, ne vous comparez pas aux autres et ne perdez pas en tête que la performance c’est déjà d’avoir chaussé vos baskets pour quelques kilomètres!!!


Le dépassement de soi…


Certes, à cela j’oppose un argument qui est la source même de la mentalité du running: le dépassement de soi !!!  Il faut bien sur toujours viser plus haut, revoir ses ambitions, mieux faire, de fixer des objectifs entre copains dans un groupe!! Mais pourquoi gâcher le plaisir par un surentraînement, souvent vécu comme une contrainte, ou en adoptant une allure plus haute afin de coller à un groupe, à un objectif chrono, pour se retrouver à la fin de la course dans une mauvaise posture qui risque de vous dégoûter du sport, de vous blesser et de vous ôter toute lucidité quant à l’effort que vous venez de réaliser ? On peut être déçu de soi même, on espérait mieux et les jambes ne suivent pas.. pire encore on voudrait mais on ne peut plus suite à une blessure … En d'autre termes, n'oublions pas que même dans la compétition l'important c'est le plaisir, le partage d'expèrience, et qu'il y aura forcément un gagnant et un perdant.... cela ne fait pas de vous une nullité ! 


L’objectif…

Prenons donc deux minutes, le temps de souffler et de réfléchir à notre objectif? Est il réaliste ? Est il réalisable? Ai je fais en sorte de le préparer correctement? Cet objectif me rend il heureux?
Dois je jeter l'éponge en plein milieu de la course ou de ma préparation parce que j'ai deja pris du retard sur mon chrono/parce que j'ai sauté 2 séances d'entrainement?? NON ! 
N’oublions pas que la course à pied c’est aussi un travail d’endurance… il faut continuer de courir. Votre objectif est il ponctuel, par exemple de courir un semi-marathon, ou est il d’améliorer votre mode de vie sur le long terme en vous garantissant un mode de vie actif? Vaut il la peine de se prendre la tête pour quelques secondes sur un chrono , chose qui vous stressera et anéantira les bienfaits de votre effort, plutôt que d’accepter que l’on ne peut pas toujours être bon et de se satisfaire de ses propres petites victoires quotidiennes?  Faites la part des choses, et soyez réalistes dans la définition de vos objectifs. Analysez aussi les réactions que vous aurez si vous n’atteignez pas votre objectif… vos réactions en valent elles la peine?
Mieux vaut se fixer des objectifs de moyens (veiller à sa posture, sa respiration, sa nutrition, son sommeil, son bien être..) , plutot que des objectifs de résultats! 

Ecoutez vous ! 

Pourquoi prend on du plaisir à courir? Pourquoi a t’on choisi ce moyen plutot qu’un autre? Concrétement, qu'est ce que nous apporte la course a pied dans notre vie personelle?? Essayons un peu de nous souvenir des bienfaits qu’une demi heure de running nous procure, la fierté d’avoir accompli sa session, le sentiment d’accomplissement d’avoir trouvé une petite demi heure pour soi … Et surtout l’immense satisfaction que nous procure ces petites victoires… qui nous donne ce sentiment que rien ne peut nous arreter!!
Et si vous avez tendance à oublier le chemin parcouru… écrivez!!! Tenir un journal de bord vous aidera à vous auto-evaluer objectivement, à voir le chemin parcouru , d’autant plus que c’est facile avec les moyens qui existent aujourd’hui (applications offrant un historique , moyen de partage avec ses amis, photos..). Aprés quelques semaines vous relirez vos galères ou succés… vous découvrirez surement la personne que vous étiez, celle que vous êtes et celle que vous voulez devenir !


Bref, pour conclure, j’espère que cet article vous fera réfléchir au moment ou vous aurez envie de vous plaindre de votre séance de running en public sur facebook, twitter ou instagram :  est ce votre performance qui est merdique ou votre mentalité? Votre objectif était il réaliste par rapport à votre travail?  Votre objectif était il adapté? 
Sur ces mots, bon run les amis! :)

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2017

Et après ? Les objectifs post marathon !

Le saint graaal en poche... il ne faut pas trop se relacher ! Demain je cours un petit 12km tranquillement pour me remettre en jambe. Je n'ai pas trop souffert de l'aprés marathon! Vive les boosters , je n'ai eu aucune crampe, ni même une petite douleur. J'ai en revanche plutôt douillé des genoux et des cuisses lundi matin, mais c'est trés vite parti avec un peu de repos et beaucoup d'eau! 

Je reprends l'entrainement dès la semaine prochaine, et je change de plan d'entrainement . 


Les objectifs post marathon , sont:

- améliorer ma vma : surprise de mon dernier record sur 10, forcément je suis motivée à faire mieux. Pas forcément en temps, mais sur la gestion de la course . 

- aller m'amuser sur les courses festives comme les 20km de Maroilles, la route du Louvre,... 

- me remettre au trail . Gentiment, à mon rythme et sans me blesser! C'est le printemps, c'est super agréable de courir dans les chemins de terre et profiter de la nature verdoyante! 

- motiver, passer plus de temps avec les amis qui souhaitent courir, débuter. J'ai toujours aimé motiver les autres, leur donner envie de partager cette belle aventure qu'est la course à pied, ou tout simplement partager une course entre amis (peu importe la performance!) . D'où ma déception lorsque j'aide et qu'on me laisse tomber sur les lignes de départ de course. Parmi ces objectifs de partage, j'espère remotiver ma marathonienne de mère (un marathon en 2001) à rechausser les baskets pour un objectif non atteint depuis 10 ans : courir un semi! Et on le fera ensemble! 

- Entamer la deuxième partie de ma perte de poids... et oui il me reste 3 mois avant les 30 piges! J'ai envie de marquer le coup! Objectif -5kg !Go Marie! 

- Et pourquoi ne pas envisager de courir un 2ème marathon avant la fin de l'année?? Ok je suis encore dans l'euphorie . Mais j'ai adoré l'expèrience qui nous pousse au fond de nos retranchements et intérieurement je l'ai plutôt bien vécue, avec un chrono que je ne trouve vraiment pas mauvais!  L'idée c'est maintenant de réitérer la performance en évitant les écueils (jambes raides, pieds qui font mal, ..) . Ce qui est certain c'est que je serai au départ du Schneider Electric Marathon de Paris 2018! C'est décidé! :) Et j'ai le projet d'en faire un trés beau dans quelques années, mais l'idée est vraiment au stade brouillon. C'est tout nouveau :)

J'aimerai aussi expérimenter l'aventure du Triathlon.J'adore nager , j'adore courir... pédaler c'est une autre histoire, mais avec un peu de bonne volonté c'est réalisable. Bref, ça c'est un objectif à moyen terme.

Et puis c'est moins dans l'effort, mais j'aimerai passer dans les coulisses d'une course, et participer bénévolement à la réalisation d'un tel projet, dècouvrir l'organisation, chercher les sponsors, découvrir concrétement le travail qui se cache derrère ces grands moments de joie. Si vous passez par là et que vous avez besoin d'aide, n'hésitez donc pas à prendre contact! :) 

 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2017

Revue: Schneider Electric Marathon de Paris 2017

(2éme partie)

Dimanche 9 avril... 4h du matin. Les excités de la veille qui ont du dormir avec leur dossard sont deja debout et partagent leur excitation avec l'hotel tout entier. Les portes claquent, ca crie dans le couloir. J'avais prévu 2heures de sommeil supplémentaires. Je reste au lit jusqu'à 6h , il est alors temps de se préparer. Au moment où nous partons au petit déjeuner , nous voyons le groupe d'excités partir pour le départ... ils me font vraiment beaucoup rire et tant mieux ça me fait du bien! Je n'ai plus mal au genou! Ouf ! 

Le petit dejeuner est préparé en conséquence: il y a des pâtes et du riz à 6h30... nous sommes à 3heures du départ je meurs de faim et c'est surement lié au stress . Le repas sera donc composé d'une assiette de pates, et d'un quart de gatosport brownie... rien que ça! Une ogresse (notons au passage que le gatosport brownie c'est une tuerie!) ! Et je ne me sens même pas lourde ! 

Coté matériel tout est pret : tenue enfilée, dossard accroché,  la ceinture de gels overstims, la gourde , l'ipod, le téléphone et l'appli Decath Coach pour la dernière session , les boosters, les pieds enrobés de creme, la boisson d'attente, la visière ... bref je suis au taquet! Je dois en revanche être l'une des rares coureuses à prendre le départ sans montre. Le chrono et moi... vous savez ce que j'en pense! 

Il est 7h15, grand temps de prendre le métro pour rejoindre la place de l'étoile. Nous en avons pour 30min. Le métro est fréquenté par des coureurs. Paris vit au rythme du marathon! Nous nous installons dans le métro... et je ne remercierai jamais assez ma voisine, une runneuse parisienne et surement future marathonienne, d'avoir engagé la conversation ! Ca m'a fait un bien fou de discuter pendant le trajet , ça m'a changé les idées ! Si tu passes par ici saches que j'ai vraiment apprécié discuter! Merci !! :) 

IMG_20170411_171316

Il est 8h10... place de l'Etoile . Les choses sérieuses commencent. Comme de coutume il faut faire la file 30 minutes avant de pouvoir trouver une place aux toilettes devant l'arc de Triomphe. Le gong sonne alors, 8h45 il devient urgent de se diriger vers le SAS des 4h00. Mon objectif est pourtant de terminer avant de faire un temps, mais j'ai choisi de rejoindre ce sas pour ne pas partir "trop tard". Une dernière accolade à ma marathonienne de mère avant de partir, c'est à mon tour ... et c'est parti ... pour un blocage de 20 minutes à l'entrée du SAS.

IMG_20170411_150819

(tête deja trés émue)

Il y a trop de monde du coté droit des Champs Elysées. Les coureurs sont tous agités , la grille est fermée de ce coté et on assiste immobiles au remplissage du sas par le coté gauche... sans nous! Finalement à 9h05, la grille est ouverte et nous pouvons enfin accèder au sas ... juste le temps de descendre les Champs Elysées afin d'atteindre le départ situé plus bas. C'est fort dommage car je ne devais pas prendre le départ seule, mais avec une collègue qui démarrait aussi son premier marathon. Mais compte tenu du retard et de la foule, c'était littéralement impossible de s'y retrouver. 

IMG_20170411_171137

Il y a une superbe ambiance dans le SAS, l'échauffement est organisé, mais je n'en profite pas car il faut arriver au départ vite. Mine de rien ca fait un petit bout de marche. Et soudain je m'arrete enfin. On se resserre tous... et le coup de pistolet est envoyé! C'est parti, les larmes me montent! C'est très émouvant, je ne suis pas seule dans cet état , entre fierté et émotion.  Je passe sous le portique environ 2 minutes après le top départ, et à moi la plus belle avenue du monde! Ca descend, c'est magnifique, la foule s'étend . Au loin l'obelisque de la Concorde et la roue qui s'approche de plus en plus! J'apercois ma fidèle supporter de mère sur le coté gauche... émue semblerait il! :) 

Screenshot 2017-04-15 at 00Au détour du rond point de la concorde et avant d'entamer la rue de rivoli, première session photo . Les photographes de Maindru ont sorti l'artillerie lourde, ca flashe dans tous les sens ... c'est la fête!

Je cours a faible allure, mon appli me dit 9,4km/h, c'est juste parfait! Je suis à l'aise, je cours sans être essouflée et je profite de la traversée de la Rue de Rivoli. Je profite des accents des autres coureurs, c'est un beau melting pot de nationalités: j'entends des québequoises, des mexicains sont encouragés, une américaine au look décompléxé me dépasse. J'adore cette ambiance internationale où il n'y a pas de normes, pas de dictats de silhouettes, de look. Je constate d'ailleurs que nombreuses sont les filles rondelettes au départ d'un marathon! Et bim voila qu'un cliché tombe, moi qui était convaincue que la marathonienne était une fille fine et musclée. Ce n'est pas totalement faux, mais je constate majoritairement l'inverse! Et j'adore le look des américaines: elles ont des pantalons trés originaux! La promenade se poursuit dans la continuité de la rue de Rivoli avec Chatelet, l'hotel de ville puis la place de la Bastille ! 

Screenshot 2017-04-11 at 23

Nous en sommes au 5eme kilométre : quelle ambiance place de la Bastille !! Une foule de supporter y est amassée! Il faut dire que c'est l'endroit idéal car nous y passons 2 fois. Des orchestres rythment notre course, le premier ravitaillement y est installé! C'est tout simplement encourageant et ca donne beaucoup d'énergie... 

Passé la bastille nous sommes en passe de sortir de Paris , du moins du "Paris Musée". Asics a disposé une animation au 7eme kilométre rue de reuilly. Aprés une petite cote très douce, où les premiers jets d'eau nous ont rafraichi les idées, vient une descente bien agréable. L'animation c'est "don't run, fly". Asics avait disposé des machines à fumée, et des sons de décollage pour nous donner de l'énergie! J'ai décidé de ne pas accèlerer et de prendre mon élan à ce moment, préférant garder une allure prudente, mais l'effet énergétique s'est bien fait sentir et c'était très agréable! Il faut s'amuser un peu et pourquoi ne pas se prendre pour un avion sur une piste de décollage !! :)

Trés vite , aprés un passage dans le bois de Vincennes ,ou devrais-je dire, dans l'urinoir géantissime ( un tronc d'arbre = un coureur) , nous atteignons le Chateau de Vincennes, une magnifique batisse. Encore une fois on en prend plein les yeux! Et c'est aussi le 10eme kilométre! Je passe le 10kilomètre en 1h04... c'est 12 minutes de plus que la semaine précedente! C'est aussi l'endroit où est installé le second ravitaillement ! Il y a beaucoup moins de supporters dans cette partie de la course, mais courir dans le bois est trés agréable. Nous attaquons la deuxième partie du semi-marathon. Je reconnais au passage l'hippodrome de Vincennes... l'occasion de me remémorer mes toutes premières courses à pied avec le Jogging des Notaires que j'ai couru plusieurs fois étant petite. Cette partie de la course passe vraiment bien. Coté rythme, je conserve un rythme assez lent et une aisance respiratoire . Au 14eme kilométre j'entame ma ceinture de gels : c'est parti pour un premier antioxydant.  Au sortir du bois (premier arret pipi et pas derrière un arbre, des toilettes sont installés partout sur le parcours) , magnifique vue sur Paris....puis nous contournons la Foire du Trône (je m'y étais rendue la veille au soir, mais pas vraiment apprécié la ballade). Heuresement nous en sommes au 19eme et mon genou ne m'a toujours pas rappellé à l'ordre! Ouf!! 

Les choses sérieuses commencent bientôt , nous approchons du semi marathon ! Nous re-rentrons dans Paris, et piquons droit vers la place de la Bastille. La foule est de plus en plus amassée... Je cherche partout dans la foule ma petite Fanny qui m'y attendait, et ma maman qui devait aussi s'y trouver!  Mais j'ai eu beau scruter chaque visage de la foule, pas moyen de vous retrouver.   Quelle énergie communiquée par les supporters! On croit voler! Le semi est juste aprés le second passage place de la Bastille. Je passe sous le portique en 2h18 ... d'habitude un semi c'est 2h environ. Encore une fois je retiens au max les chevaux afin de ne pas me fatiguer inutilement. Je ne sais pas dans quelle aventure je m'embarque. J'en profite pour me ravitailler en sucre avec un gel Energix à ce moment . 

semi

Lorsque l'on est conditionné pour courir un marathon, le semi marathon ne parait être qu'une petite partie du chemin. J'ai à cet instant l'impression ne n'avoir couru que 10 kilomètres. Passé le semi, c'est de nouveau le retour dans le Paris Musée... MAIS... c'est à ce moment que je commence à m'amuser un peu. 23ème kilométre... mes jambes commencent à faiblir. Les premières douleurs, raideurs/échauffement devrais je dire, apparaissent dans les cuisses. Je rêve d'un arrosage.. nous entamons les quais de seine et passons sous le premier pont. Le Pont Marie ... est ce un signe?? Une foule energisante est installée sur les bords de Seine. Il est 11h30 , le soleil est bientot au plus haut, il fait chaud. Sur les terrasses de la Seine les gens prennent tranquillement l'apéro au vin blanc en nous observant, nous coureurs, nous... les masos. La balade se poursuit, je contemple l'ile Saint Louis, les tours de Notre Dame... et j'attends impatiemment le ravitaillement aux abords du 25eme kilométre pour prendre des bouteilles d'eau et m'arroser les cuisses. Il y a beaucoup d'ambiance au 25eme, c'est la fête. J'en profite pour prendre 2 bouteilles pour poursuivre jusqu'au prochain ravito. Je sais que les tunnels arrivent et qu'il fait chaud. Je suis toujours en aisance respiratoire, c'est important!

25

Nous entamons le premier tunnel... assez long . Asics y a installé une seconde animation sur le thème "don't run, fly" . Nous plongeons dans l'obscurité. Il fait chaud, nous sommes nombreux à commencer à trainer. Il y a des petites lumières vertes disposées sur les bords du tunnels, et de la musique électro à l'intérieur. Personnellement je commence à flancher, je m'hydrate au maximum , avant d'en ressentir encore plus le besoin. Au sortir de ce tunnel de 500m je n'ai deja presque plus d'eau. Nous entamons un deuxième passage sous tunnel, et celui ci fait mal: des photos de massage de pied sont exposés. Ce n'est vraiment pas le moment!! J'ai mal, je sens que le déroulé du pied est de plus en plus laborieux, je ressens des micros douleurs . Et ces images sont assassines! Mais courage!!  Au sortir du tunnel, nous passons devant le musée d'Orsay. Il est midi, il fait chaud, il fait aussi soif!  C'est difficile de remonter des tunnels, la cadence s'apparente à de la marche rapide.Je m'aide au maximum de mes bras pour garder un rythme de course. Une supporter nous crie que ce sont les petites bouteilles qui nous mèneront à l'arrivée, qu'il faut boire beaucoup. Elle a raison! Mais où est il ce ravito???
Nous poursuivons, et vient ensuite le tunnel de l'Alma... je compte les piliers du tunnel... une pensée pour Lady Di (je ne peux pas m'en empecher) ... et là voici: la belle Tour Eiffel ! Juste le temps de la contempler en courant... je vois le Palais de Tokyo, je me souviens que j'adore ce musée et ça me donne du courage et que vois je??  Enfin le ravitaillement! Il est disposé au pied du trocadéro!! HOURAAA!!

Screenshot 2017-04-11 at 23 IMG_20170411_233705

 

C'est Disneyland pour moi!! Il y a des jets d'eau, et dedans des arcs en ciels ! C'est magnifique! Il y a un stand d'eau. Je décide de m'arreter pour en profiter pleinement. Je ne me suis arretée à aucun ravitaillement jusqu'ici, j'ai attrapé des bouteilles et poursuivi. Là il faut étirer un peu les jambes. Je bois une bouteille, me mets dans un coin de facon à ne gener personne et m'étire (je touche mes orteils avec les mains en fait). QUEL BONHEUR! UN MOMENT DE DETENTE! Je respire à fond, je souffle, j'essaye d'étirer les jambes au max. Je m'accroupis quelques secondes également afin d'étirer les aducteurs et les genoux qui commencent à ne reconnaitre qu'un seul angle de flexion. C'est douloureux, mais qu'est ce que ça soulage!
Il ne faut cependant pas abuser des trop bonnes choses. J'avale une autre bouteille avant de repartir et en prend 2 au cas où. 

Le 30ème kilométre arrive! Je le passe en chantant ! Une chanteuse entonne "La Bamba".. "se necesita una poca de gracia".. et bien je chante avec elle , les 2 bouteilles servent de maracas!! Il faut s'amuser , se distraire c'est super important à ce moment de la course ! Je passe ce 30ème kilometre en 3h23 minutes. C'est à dire que malgré la douleur qui apparait j'ai maintenu la même allure que sur le 1er 10kilométre, en parcourant en 1h05 la distance entre le 20ème et le 30ème! Plutot contente! 

A ce moment mon téléphone me lâche complétement... peut etre suite à l'arrosage ou à la faible batterie. Bref, je n'ai plus d'indication sur mon allure... et de toute facon les choses se compliquent naturellement. Le 33ème kilomètre... LE MUR. Il est là. Le mur, le bien nommé : la montée de l'avenue Suchet. Elle est horrible. On la voit de loin. On voit les coureurs ralentir. Et s'arreter les uns aprés les autres. Elle est interminable. Pas trés pentue, mais au bout de 33 kilomètres on la sent passer... les jambes n'ont plus de rebond. Seule solution utiliser ses bras pour conserver un semblant de rythme . Le déroulé du pied est douloureux, j'ai l'impression de gravir une montagne... c'est dur , mais je m'accroche. Je me concentre sur la ligne verte peinte sur le sol et qui sert de trajectoire aux coureurs élites. Je ne regarde plus les autres coureurs tomber. Je me souviens d'une cote bien terrible de mon premier semi (les 20km de Maroilles), une cote où il ne faut rien lacher et c'est trés difficile. Je me souviens et me tiens à cette expérience pour ne pas cèder. Il y a beaucoup moins d'ambiance soudainement, l'avenue semble trés calme, sourde, indifférente à l'effort qui s'y produit . C'est vraiment dur.Et soudain l'enfer redevient plat... on a mal. Il ne faut pas marcher. Non , il faut continuer. Les jambes sont complétement raides, le pied douloureux. J'ai soif. Je reprends un energix. Je ne sais plus quoi faire, mais il ne faut pas marcher. Je cours péniblement jusqu'au 35eme... j'ai vraiment trés mal. Mais dans ma douleur, je suis toujours en aisance respiratoire. Je ne crache pas mes poumons, je ne suis pas en sur-régime. Je lutte contre l'acide lactique. Et ça fait très mal.

35

C'est l'entrée du bois de Boulogne. Devant le chiffre 35, je me dis qu'il me reste encore 5kilométres. Que 5kilométres c'est rapide, c'est 30-40 minutes. J'essaye d'ignorer totalement qu'en réalité c'est 7kilométres qu'il reste. Je fonctionne par paliers. Arrive le 36ème kilometre... j'apercois des toilettes! Ouf, je m'absente 1 minute, et je vois qu'un homme arrose généreusement d'eau les coureurs. Je lui demande de m'asperger les pieds et les jambes. L'eau ne me parait même pas froide. Je suis détrempée, mes chaussures sont inondées mais c'est du bonheur. J'en profite pour avaler mon gel "coup de fouet". Le bien nommé lui aussi.Aprés 3 minutes, je repars en courant, c'est lourd, c'est pesant... 500 mètres aprés un coureur est en train d'agoniser sur le bord. C'est une image horrible, ses yeux sont retournés il est en position de sécurité, les personnes autour ont appelé les secours ... cela me retourne, ainsi qu'un autre coureur. Nous engageons la conversation , nous nous donnons mutuellement du courage... Discuter change beaucoup les idées et l'attention se concentre ailleurs que sur les douleurs... avec ces quelques mots, j'ai oublié que j'avais mal, mon corps est une mécanique qui suit une routine. Tic Tac Tic Tac...

Nous abordons une très grande allée dans le Bois de Boulogne, qui ressemble de plus en plus à une scène de Walking Dead.

Screenshot 2017-04-15 at 00

Cette grande allée, c'est l'Avenue de la Reine Marguerite... est ce la vision d'une ligne droite, ou un peu de fraicheur... bref, à ce moment précis je me régénère magiquement parmi les zombies. J'ai auparavant oublié mes douleurs et je reprends un rythme normal. Au fond de moi je souffre beaucoup de mes jambes, mais l'allure est là. Je passe le 37ème, je poursuis sur le 38ème... plus que 4 kilomètres me dis-je pour me motiver. "C'est un tour de Vignoble" (les valenciennois comprendront) ... "c'est 25 minutes un tour de Vignoble, c'est rapide". Encore une fois, je me motive par paliers. Mais je ne m'arrete pas. Parfois la cadence des autres coureurs aurait pu me ralentir. Au lieu de les imiter, j'ai choisi de passer les obstacles (les trottoirs, les signalisations centrales..), bref je prends les marches, je change de terrain, de cours si besoin sur le bas coté, mais je ne m'arrete pas. Je ne regarde plus les autres coureurs, de plus en plus nombreux à marcher et d'autres à souffrir allongés sur le coté. Je n'ai même plus d'émotions, je ne réfléchis plus. Je cours. Je m'encourage a voix haute "aller, aller ne t'arrete pas". Ca devient n'importe quoi mais je fonce. Je cours vers l'arrivée, plus rien d'autre ne m'importe. Je passe rapidement le ravitaillement du 39eme, où je reprends 2 bouteilles d'eau sans casser la cadence. Car c'est une mécanique... chaque pas est calibré , identique au précédent. Les genoux ont toujours le même angle de flexion: ni plus ni moins sinon j'ai mal. Le déroulé du pied est de plus en plus difficile, je cherche à soulager les douleurs plantaires en adaptant ma foulée. Courage! 

40eme

Je poursuis mon rythme ... par contre mon estomac m'envoie des signaux pas trés rassurants. Marre d'ingurgiter du liquide et du gel depuis plus de 4heures surement. Je prends mon dernier gel , mentholé qui calme les ardeurs. Je poursuis, je m'accroche et je prie pour que mon estomac se calme. Et soudain, sort de la forêt un magnifique édifice , que je n'avais encore jamais vu, la Fondation Louis Vuitton! Un superbe batiment , vitré et coloré, une architecture très moderne! Bref le genre d'édifice qui m'inspire, et c'est le cas! Je suis même décue de ne pouvoir le prendre en photo... je cours la tête en l'air et la distraction me fait une nouvelle fois oublier que je souffre. Puis retour dans le bois, pour atteindre le 41eme. La foule est de nouveau présente dans une fan zone, on sent la fin de l'épreuve arriver! 

Screenshot 2017-04-11 at 23

On croise des coureurs médaillés.. et d'un coup j'observe les visages, la foule! Oh ma mère!! Je lui fais signe, elle me crie que 800m plus loin m'attendent ma soeur mon beau frère et ma petite nièce ... autant dire que je n'ai pas vu passer le 41eme kilométre car j'ai couru en les cherchant, j'ai dévisagé chaque supporter pour les reconnaitre... je passe le 42eme... je ne les vois toujours pas... et enfin le rond point de l'avenue foch ... et qui vois-je parmi la foule du dernier virage!! Ma pioupioute et ses parents qui m'encouragent! J'ai même droit à une pancarte d'encouragement surprise (je ne l'avais pas vue celle ci!)... ça me donne littéralement des ailes! Je suis summergée par l'émotion, j'ai très envie de pleurer , de soulagement de savoir que c'est bientôt la fin, mais aussi de les voir là, ... je suis presque en train de m'étouffer à ce moment là tant l'émotion est grande! Je leur souris leur fait un grand signe pour les remercier et promets de tout donner sur la ligne droite finale!

Fin du contournement du rond poind et me voici enfin face à l'Avenue foch...l'Arc de Triomphe dans le fond. Mais ce n'est pas le fond qui m'intéresse. C'est le portique d'arrivée! Un portique vert avec un chrono dans le haut. L'avenue est recouverte d'autocollants rappellant les sponsors officiels...Je suis face à l'arrivée , enfin! A la fin de ce drôle de voyage! 
Je prends mon élan, j'oublie que j'ai mal, je me calme, je souffle plusieurs fois et m'élance bras en l'air pour les 200 derniers mètres! C'est la libération!!!

Screenshot 2017-04-15 at 00  Screenshot 2017-04-15 at 00

A cet instant précis j'ai l'impression de voler, je sens l'air passer entre mes doigts, je cours avec un sourire de soulagement, je me crois seule alors que nous sommes au moins 50. Le Tapis est vert, mais c'est une voie royale pour mes yeux, les photographes de Maindru sont là pour immortaliser l'instant, les flashs volent comme les confettis que l'on envoit au vainqueur! Je passe sous le chrono, il affiche 5h52 (soit 4h55) et ressens le moelleux du tapis d'arrivée... yeeeeeeaaaaaaaaahhhhhhhhh !!!!!! Je l'ai !!!!!

Screenshot 2017-04-11 at 23

J'hurle ! J'ai l'impression d'hurler longtemps... pas si longtemps en fait! Mais je fais tout sortir! Et aussitot ce sont les larmes qui sortent , c'est toute l'émotion controlée pendant la course! Oh la tête!!! 

arrivee

Ce sont les larmes que je retenais en regardant les vidéos des arrivées de marathon qui me faisaient rever. Ce sont les larmes d'un entrainement sérieux de 3 mois , seule, sous la pluie, dans le froid, dans le noir, le soir aprés le travail, par tous les temps, et sans aucune excuse ! Ce sont les larmes d'une fille qui pesait trés lourd quand elle a commencé son entrainement début janvier et qui n'a rien laché jusque là , qui à perdu ces foutus kilos qui l'encombraient , qui a fait le ménage dans sa vie et dans ses habitudes quotidiennes ! Ce sont les larmes d'une fille qui flippait de se blesser ! Ce sont les larmes d'une fille qui s'est entièrement remise en question grâce à la course à pied, grâce à un objectif bien défini ! Et non celles d'une fille qui crane parce qu'elle prépare un marathon! Pas celles d'une fille qui se positionne en donneuse de lecon de course à pied sur son blog ! Pas celles d'une fille qui ne regarde que la performance :  ce sont les larmes d'une passionnée qui voit enfin son rêve devenir réalité grâce à un travail de longue haleine, initié il y a plus de 20 ans!!

N'en déplaise aux jaloux: bien dire fait rire, bien faire fait taire! 

Screenshot 2017-04-14 at 21

Mot final : Ne Lâchez Jamais, poursuivez, peut importe les obstacles, la plus belle leçon que l'on tire de cette épreuve c'est que qu'avec une volonté de fer on peut accomplir de belles choses! Et pour moi ce n'est que le début d'une série de marathons!

" Si tu veux courir, cours un kilomètre
Si tu veux changer ta vie, cours un marathon"

Emile Zatopek 

La remise de la médaille, un grand moment, je pleure toujours. Je prends aussi le temps de discuter avec les bénévoles qui tiennent les ravitaillements, qui remettent les médailles, le tee shirt finisher : merci à eux , sans eux, pas de belle expérience de vie! 
De même, c'est le moment de remercier encore une fois, tous ceux qui de près ou de loin m'ont soutenue pendant ces longs mois d'entrainements , vous m'avez donné des ailes, et je vous promets de vous les rendre à mon tour <3 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Revue : Salon du Running 2017

Je me suis longtemps demandée comment je commencerai ce message de revue du week end marathon .

J'ai envie de vous transporter dans le temps, dimanche matin à 4h . J'ai envie que vous ressentiez l'effervescence des Champs Elysées. J'ai envie que vous entendiez le coup de pistolet, que vous vous approchiez du grand portique vert , que vous passiez dessous et sentiez l'émotion monter. Que vous ressentiez chaque pavé sous vos pieds. J'ai envie que vous ressentiez les montées d'acide lactique au 23eme kilomètre. La chaleur qui devient pesante . Que vous étouffiez dans le tunnel de l'Alma. La libération offerte par les jets d'eau . Le bonheur de trouver un ravitaillement d'eau, véritable oasis. Et la douleur horrible qui vient camper vos jambes et vos pieds aprés le 30eme. La cote de l'avenue Suchet , horrible . Et que vous voyez s'approcher le 35eme. Puis le 36eme, le 37eme, le 38eme... enfin le 42eme. Que vous voyiez la finish line. Bref j'ai envie de tout partager ! 

Je sépare le récit en 2 post, le premier concernera la journée du samedi et le salon du running, le suivant, le dimanche et le fameux marathon.

Screenshot 2017-04-11 at 14

Tout commence samedi aprés midi porte de Versailles , au parc des expositions : c'est le salon du Running! C'est aussi l'endroit où affluent tous les marathoniens de demain car nous y récupérons nos dossards. Il fait deja chaud dehors, 23°c , nous ne sommes pourtant que le 8 avril. Aprés une file d'une dizaine de minutes à l'extérieur nous entrons dans le salon, et immédiatement nous rencontrons les stands de retraits de dossards . Très bien organisé presque pas d'attente. Les stands sont décomposés selon le numéro de dossard.. premier élément vérification du certificat médical : aprés un rapide contrôle, Validé!

 IMG_20170411_150806


Nous sommes aussitôt redirigés vers le stand de distribution du dossard. Là je tombe sur un gentil petit monsieur qui me remet enfin le graal en me souhaitant une bonne chance pour cette nouvelle aventure!! L'émotion est là , depuis le temps que je l'attendais!! Je ne suis pas la seule à être exitée comme une puce... les panneaux photos sont là pour que nous nous défoulions tous avec des photos de nos dossards enfin obtenus. 

IMG_20170411_150854  IMG_20170411_150141

Un petit parcours pour se remettre de nos émotions est prévu aprés la remise du dossard: nous passons dans un couloir où on nous remet un sac souvenir , puis nous arrivons sur un gigantesque mur où sont inscrits les noms des 57000 coureurs recensés pour le départ. Le jeu de chacun est de trouver son nom :)

Plus loin Vittel nous présente la facon dont seront disposés les ravitaillements et son dispositif de recyclage, plutôt bien pensé! 

IMG_20170411_155717IMG_20170411_155701_654 

(à bon entendeur!! :) )

Et vient le stand "mon premier marathon" où sont dispensés les conseils pour bien courir son premier marathon et les erreurs à éviter, le parcours, l'emplacement des fans zones... bref tout pour passer une journée géniale aussi bien du coté coureur que spectateur... 

 IMG_20170411_145845

D'ailleurs c'est aussi là que nous trouvons le coin des supporters : c'est un espace où chacun prépare sa pancarte d'encouragement pour le jour J !! 

 Et c'est  l'entrée dans le fameux salon du running : le rêve pour tout passionné de course à pied! C'est magnifique , toutes nos marques préférées sont représentées, de nombreuses animations y sont faites. La premiere partie du salon est dédiée à l'équipement (on retrouve Asics, Kalenji, New Balance, Xbionic, Skins, Anita...)

IMG_20170411_150754 IMG_20170411_150424

IMG_20170411_150405 IMG_20170411_150618

La seconde partie est elle plutot dédiée à la nutrition avec les stands isostar (et sa sharing box) , le stand overstims, et d'autres marques énergétiques...

unnamed

 (souvenir de la sharingbox isostar)

Quelques animations sont prévues tout au long du salon ... au moment où nous passons devant l'animation c'est la célébration des meneurs d'allure! Une idée initiée il y a 19ans sur le marathon de Paris par le champion Dominique Chauvelier qui est présent pour l'occasion. Idée qui a été copiée bien des fois partout dans le monde  ! :)  

  IMG_20170411_150238

La dernière partie du salon est un peu plus brouillon . On retrouve les grandes courses de province (eh eh j'ai même retrouvé la course des terrils, les Templiers, Trail des Gendarmes et Voleurs de Temps, les courses Disney et ses belles médailles..), le bien être (ahh l'odeur apaisante des huiles bien être Eona ! ), et des gadgets de course à pied... bref c'est un peu la partie "fourre tout", intéressante mais moins bien "rangée".  

IMG_20170411_150636 IMG_20170411_150441 IMG_20170411_150546

 

Il est deja 17h.. il est grand temps de rentrer pour se reposer les pieds et les genoux. Car j'ai très mal dans le genou droit à ce moment. Peut être lié au stress.. Nous logeons porte d'italie. Dans l'hotel où nous dormons , 70% de la clientèle est ici pour le marathon. Certains se baladent en tenue, d'autres partent en groupe pour un dernier run et quelques exercices de renfo. Ca me fait plutôt sourire car c'est trés cliché ! 

Ma douleur au genou ne passe pas et même aprés un peu de repos , la douleur devient persistante. Aprés le dîner , nous sortons pour nous détendre à la Foire du Trône, mais la balade semi nocturne est devenue un enfer à cause de ce foutu genou! J'étais vraiment triste et anxieuse. Nous sommes donc rentrées et avons préparé les affaires pour le lendemain ,accroché le dossard ...
Dans les couloirs de l'hotel, il y avait encore des mecs qui se baladaient en tenue de course à pied ... à croire qu'ils allaient dormir avec le dossard sur le ventre! On est tous nerveux, c'est flagrant !!  Il est 22h , il est grand temps de dormir !
Bonne nuit! 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 avril 2017

Marathonienne!!

Ca y est! Enfin! Aprés 4h55 sous un grand soleil.. j'ai enfin passé LA ligne d'arrivée qui me fait tant rêver! 
Le tapis était vert, mais dans ma tête il était rouge ! Les flash sont devenus des paillettes projetés par des canons  !! Nous étions nombreux à franchir la ligne au même moment mais dans ma tête c'est comme si j'arrivais comme le vainqueur! 
Une explosion de joie au passage sur le tapis, j'ai hurlé de bonheur !
Le rêve est désormais une réalité!

Screenshot 2017-04-10 at 22

La médaille est magnifique ! Vous ne pouvez imaginer à quel point je suis fière ! 

Je vous raconte mon expérience de la course, ma gestion , mes difficultés dès demain sur le blog ! 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2017

D-Day ! Ready to go

Visière vissée sur la tête, ceinture de gels ok, boisson d'attente ok... une dernière accolade et c'est parti. L'émotion est à son comble! A toute à l'heure!!

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2017

J-3 ... quelques statistiques

Une prépa marathon c'est  :

bilan

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2017

J-4 la pression monte!

J-4... L'agitation est à son maximum... je vis marathon, je ne parle que marathon (par pitié ne m'invitez pas à diner, je suspecterai un "diner de con" :) ) ,  je gave mon entourage avec ça, je me reveille la premiere pensée est pour ce foutu marathon...

Mon sac est prêt, je n'ai qu'une hâte c'est de savoir comment gèrer cela dimanche!! :)

 

kokook

A J-4 on soigne particulièrement son alimentation et ses apports en énergie , et surtout son Hydratation, surtout quand la météo annonce un 23°c pour dimanche aprés midi ! Je commence à boire le fameux malto de la marque Overstims ... 

Cette boisson est une sorte de recharge glycémique  pour les muscles et le foie. Il faut la consommer (2l par jour) dans les 3 jours précédant l'épreuve longue. Le malto permet de maintenir de bonne réserves glycémiques pendant l'effort... Elle permet presque de maintenir une alimentation normale dans les jours précédents. 

De mon coté c'est vive les Panzani quand même ... oui j'adore ça ! Mais le plus important reste l'hydratation, qui est  primordiale . C'est environ 2l d'eau en continue par jour en plus des quantités de thé et café . 

Dernier élément clé : le repos ! J'essaye de conserver un minimum de 8h par nuit dans le noir total. Encore une fois , l'agitation de l'approche de l'événement me perturbe, je traine à m'endormir . Je redoute vraiment la nuit de samedi à dimanche à Paris! Wait & see! 

Petit message avant de terminer: n'oubliez pas de liker la page facebook ! Il y aura des suprises bientot!!! ;) 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2017

Do You Know Marathon??

Un peu de légéreté dans ce monde de brut! 

Je vous présente un marathonien , il mesure 10cm, il est orange, son alimentation est essentiellement constituée de carottes et c'est une star à la maison ! Je vous présente Marathon, et il m'accompagnera dimanche !

C'est en réalité un totem , un grigri , appellez le comme vous voudrez ! 

C'est un marathonien expérimenté il a accompagné ma mère sur son premier marathon en 2001  ! Et il sera là pour les moments difficile dimanche!

Oui je suis une grande enfant!!! :) 

 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2017

Atelier réparation avec la colle seam grip

Je vous parlais il y a quelques jours de la poisse monumentale qui me tombe dessus a quelques jours du départ ... mes chaussures d'entrainement, achetées il y a 3 mois qui se craquent à l'orteil. Depuis forcement j'ai les pieds dans un sale état aprés chaque sortie. Et une trouille monumentale que ces trous s'agrandissent, ou que je me blesse pendant le marathon. 

IMG_20170331_195331

J'ai donc consulté mon cher ami google, qui m'a vite orienté vers une colle. La colle Seam Grip. A la base c'est une colle textile, destinée à réparer les toiles de tentes . Elle est vendue dans certaines grandes surface, et belle aubaine, chez Decathlon ! Le mode d'emploi est très simple. Il faut d'abord appliquer un sparadrap ou un morceau de collant sous le trou afin d'essayer de rapprocher les 2 cotés du textile craqué. Personellement j'ai fait 2-3 points de couture avec un fil de pêche transparent . Puis appliquer en coucle généreuse la colle , en dépassant de 6 millimétres les bords . Il faut ensuite bien laisser sécher entre 12h et 24h selon l'humidité de la pièce. 

J'ai profité de l'occasion pour en appliquer sur les cotés des baskets qui ont tendance a s'user avec le frottement... 

Et aprés 2 séances... le résultat est très satisfaisant. J'ai couru à vive allure dimanche, et le trou ne s'est pas reformé, tout est resté en place. La Seam Grip est une colle qui reste assez extensible et robuste, elle est vraiment idéale pour réparer les petits bobos de nos chaussures de courses!!  Petit bémol... aprés le rafistolage on garde une marque du passage de la colle brillant et plus foncé sur les zones d'application... mais mieux vaut cela que la paire à la poubelle! :)

Voici donc l'atelier rafistolage de chaussures de running .

IMG_20170331_200547

IMG_20170331_195437

IMG_20170331_200139  IMG_20170331_200134

 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2017

Revue : les foulées valenciennoises 2017!

S'il est bien une course que j'affectionne particulièrement ce sont les foulées Valenciennoises... une belle façon de cloturer en beauté le plan d'entrainement marathon. Dernière séance, dérnière sortie avant le jour J , dimanche prochain. 

Voici le débrief des foulées valenciennoises 2017, qui restera un trés beau souvenir de ma vie de runneuz :  

IMG_20170401_201940

On nous promettait un parcours encore plus roulant pour cette nouvelle édition ! Quelle surprise! Quelle organisation! Quelle ambiance! Quel beau parcours!  Je ne manque pas de mélioratifs pour décrire la matinée! L'organisation était vraiment parfaite et pour cela un grand bravo aux organisateurs et bénévoles qui ont contribué à ce bel événement! 

Pour commencer il faut souligner que les organisateurs ont effectué une belle communication autour de l'événement et cela à grandement facilité le déroulé de la matinée!

Parlons du  retrait des dossards qui se déroulait pendant 2 jours sur la place principale. Le dossard nous y était remis contre une convocation recue quelques jours avant par mail. On y recevait le dossard, le tee shirt de l'événement, un bracelet de cadence (avec le temps par kilométre pour atteindre son objectif), ainsi qu'un bracelet comme dans les festivals a porter pour pouvoir accéder aux sas de départ dans le cadre du plan vigipirate !

IMG_20170402_174058

Le départ.... un peu éloigné du centre ville, mais c'est pour la bonne cause... de cette manière, il est impossible d'arriver à froid sur la ligne de départ et c'est tant mieux !  Le départ se fait le long du stade du Hainaut (très beau stade !) dans un couloir grillagé. Plusieurs entrées sont possibles selon l'objectif de départ : c'est une excellente idée pour éviter les bousculades du départ et les cadences trop élevées ou trop lentes. Là chacun va à son rythme ! 

IMG_20170402_093929

(le départ, sas 55 min, votre humble narratrice va bientôt s'élancer )

Ciel bleu, musique pour mettre en ambiance, trois, deux un... le coup de pistolet est donné à 9h45 , et trés rapidement la foule s'étale . Le premier kilométre est très rapide, aprés 500m voici la première petite cote , peut être la plus difficile du parcours... puis une belle descente  très douce jusqu'au 3eme kilométre ou là... on remonte un peu. Arrivé au 4eme... une nouvelle belle descente qui se termine sur un faux plat (rue du Quesnoy).. c'est la dernière difficulté du parcours et nous arrivons au 5eme kilométre! Jusque là je tiens très bien ma course d'ailleurs !
Nous traversons un des boulevard de la ville, puis retour en centre ville ou la fête bat son plein : musique, pompom girl, personnages déguisés , fanfare .. bref tout pour voler !!  On passe la place d'Armes (la place principale au coeur de la ville) à 5,700 Kilométres ... haha au moment où je passe, je croise l'arrivée du 1er ( en 28 minutes.. bravo! ) 

 On poursuit vers l'avenue Clémenceau (l'avenue qui mène à la gare), puis on se dirige vers le lycée Wallon, le quartier festif de la gare puis le canal des Tertiales. A l'entrée du canal nous en sommes à 7kilométre 300... aprés une boucle sur le premier pont, le 8eme kilométre arrive, puis , pour reprendre les termes de l'animateur du car podium , "c'est un toboggan de 2 kilométres" jusqu'à l'arrivée. En effet, rue de Lille , place d'Armes... 

Et je vois 53 minutes 01 au scratch! Quoi??? Il doit y avoir un beug là!!  Et non en fait, le temps réel est de 52 min 17 ! C'est à dire que je viens d'exploser mon record personnel sur un 10 kilométres ! 

17522690_725142970980163_3745102783245359549_n

(votre humble narratrice en plein effort au départ et à l'arrivée!

Merci aux photographes Christophe Semail et A Lukaszewski )

17523654_725142984313495_595104836820844156_n

Je n'ai pas encore parlé des ravitaillements disposés avant le 5eme et le 8eme kilométre un peu légers mais point trop n'en faut. A l'arrivée , c'est le bonheur, choco à gogo , fontaines, boissons energetiques, barres de céréales, ambiance de dingue! On se marche un peu dessus pour sortir de la zone sécurisée . 

En Bref une course géniallissime qui s'améliore d'année en année!! D'ailleurs, au cas où je vous aurai donné envie de chausser vos runnings pour la prochaine édition, voici la vidéo du parcours, très bien faite (encore une fois bravo la communication autour de cet événement!) 

 Record donc, mais non sans peine :  ce matin j'ai testé une nouvelle fois le Gatosport de la marque Overstims afin d'être bien sûre de l'utiliser le jour du marahton. Sauf que cette fois, j'aurais du en déjeuner plus (j'en ai pris un quart comme indiqué par la marque ). J'ai eu plusieurs étourdissements à partir du 5eme et surtout sur les 2 derniers kilométres, je sentais vraiment qu'il me manquait du sucre et je m'en suis voulue de ne pas avoir embarqué un gel Energix (Overstims également) . Je n'avais jamais ressenti une hypoglycémie pareille et avec la chaleur (il faisait 15°c) c'est devenu compliqué en fin de course. Belle leçon à une semaine du marathon !
Deuxième chose, bien dommage: j'ai malheuresement été dérangée pendant ma course par une personne sans gène qui m'a donné un coup dans l'omoplate au 7eme ( Vive l'option "bouche trou , je t'ignore complétement mais si je me fais larguer par mon groupe je me souviendrai de toi " , c'est vraiment une chose qui me met en rogne ) ... merci pour le coup et le pincement dans l'épaule que j'ai trainé jusqu'à l'arrivée. C'est vraiment pas malin... Outre le petit bobo qui est passé aprés quelques étirements , cela m'a bien énervée et se mettre en colère, ça bouffe beaucoup, beaucoup, beaucoup d'énergie. J'étais deja sur la réserve...bref belle illustration qui prouve que le running c'est aussi un combat contre soi même , contre ses sentiments , contre notre corps, et que même aprés des années de pratique on a toujours quelquechose à améliorer! 

Heuresement, belle performance,  j'ai retrouvé mes amis et ma famille à l'arrivée et on a beau dire , il n'y a rien de tel pour se requinquer !! 

En bref, très belle matinée, je suis fière de moi tout en sachant que j'aurais pu faire encore mieux , mais c'est deja tellement inespéré de passer sous la barre des 53minutes que je ne peux qu'être fière de ce record! C'est trés encourageant pour la suite... (et quelle suite, le marathon de Paris!)  Et cela me fait d'autant plus plaisir de battre aujourd'hui mon record personnel sur 10 kilométres que les foulées Valenciennoises est une course à laquelle je suis abonnée depuis mon enfance , ces photos de moi et ma (p'tite) soeur datent de 2000 ! 

IMG_20170402_163113 IMG_20170402_163129

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Clap de fin de la préparation au marathon !

Je vous en parle dans l'article suivant...

Screenshot_2017-04-02-18-12-34Screenshot_2017-04-02-18-13-27

Et maintenant , jusqu'à dimanche prochain c'est gaignage en début de semaine, et repos repos repos repos jusqu'à la ligne de départ des Champs Elysées ! :) 

Posté par Marie à - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2017

Point à -J10 .

Ce soir nous sommes à 9 jours du départ… c’est difficile ! Je ne peux plus attendre! Je tourne comme une lionne en cage attendant d’être libérée. Rien ne me fait peur, je suis prete a tout!

Je ne fais pas partie des coureurs anxieux. J’ai suivi à la lettre un plan d’entrainement qui m’a mise en confiance, qui m’a permis de perdre du poids, et de mieux courir. J’ai testé mon équipement textile, les chaussures aussi (je vous en parle plus tard), j’ai testé les produits qui m’accompagneront, on a retrouvé Marathon (je vous le présente ce week end) … Bref, j’ai la niaque à l’idée d’arriver sur la ligne de départ. Je veux savoir, je veux vivre l’effort, je veux en baver , je veux y arriver et c’est long d’attendre !! Vraiment, j’ai l’impression que je vais repasser le bac, j’ai révisé et j’attends que le couperet tombe!

D’autant plus que les entraînements pour le marathon c’est presque une histoire ancienne. Dimanche je cours un petit 10 km (les foulées valenciennoises) , et puis c’est fini pour la préparation . Non sans émotions, non sans nostalgie … je ne peux m’empecher de repenser à  l’essouflement des premieres foulées avec ces kilos en trop, des longues sorties dans la campagne gelée à -9°c , des sorties sous la pluie , des séances le soir aprés le travail dans le noir le long de la route avec la lampe frontale des dimanches aprés midi passés ko dans le canapé à reposer mes pauvres jambes…

Il est vrai que plus on s’approche du mur, plus il nous parait grand. Je ne pense même pas à la facon de le passer. J’irai, tranquillement, intelligemment, en profitant de chaque moment dans Paris.

Aujourd’hui, ce sont les broutilles qui m’ennuient et rendent les derniers jours terriblement longs … pour commencer la liste, j’ai fait une belle baisse de tension en début de semaine (est ce lié a un soudain contrecoup de l’entrainement, à une alimentation trop stricte (c’est vrai que j’ai modifié mon comportement)... bref je suis restée 2 jours dans un état léthargique , incapable de rester debout concentrée 5 minutes. Manger et dormir. J’avais besoin de me régénérer. Tout semble rentrer dans l’ordre petit à petit, à moi de mettre les ola .

Autre broutille… mes chaussures qui se craquent…

Asics… LA marque référence que je connais et que j’utilise depuis toujours … ASICS MERDE ! A 15 jours de la plus belle course de ma vie… Mes ASICS qui me larguent…

Bon , il semble que ce soit un problème récurrent pour la marque, pas adapté aux orteils de certains coureurs… cela dit j’attendais un peu plus de robustesse pour une chaussure semi trail. Pas de renfort au niveau du gros orteil , c’est dommage, d’autant que d’autre marques, comme Kalenji, pensent à ajouter une petite languette de renfort à cet endroit exactement (et même pour des runnings normales). Alors je ne suis pas déformée du gros orteil, je ne laisse pas pousser outrageusement mes ongles non plus… c’est juste une position du pied lors de ma foulée. Et bien quelle déception! A 15 jours du départ, c’est moche car il est définitivement trop tard pour s’adapter à de nouvelles chaussures. Elles ont exactement 584 kilométres au compteur.

Mais chaque problème ayant sa solution… j’ai de quoi rafistoler cela, et je vous en parlerai ce week end également…

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cultivez vous!

Post détente aujourd'hui... un petit retour en enfance avec Fred et Jamy qui vous expliquent TOUT du marathon de Paris!! :) 



Posté par Marie à - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2017

Séance 36 : sous le soleil !

Hmm le printemps est bien là, et aussi dans le Nord! 
Une petite sortie dominicale pour profiter des premiers rayons du soleil, et des premiers élans de légéreté !

Les gens sont de sortie, avec le sourire, et ca change tout!! :) Mais ca ne me fait pas courir plus vite! 

17504440_720452204782573_6506519503956839397_o

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2017

Revue : Urban Trail Arras 2017

 

17498821_720385624789231_1481784152341267817_n

L'urban trail d'Arras... une fête , une ambiance exceptionnelle, des animateurs motivants, des participants motivés, le tout pour découvrir la jolie ville d'Arras au travers d'un parcours de 10km dans les monuments de la ville. Je ne connais pas du tout Arras, c'est maintenant chose faite!! 

Sas numéro 1, le chapeau de carnaval vissé sur la tête (car pour fêter la 1ere, il était de bon ton d'être déguisé, et non ce n'était pas mon EVJ ! ), l'ambiance au pied du Beffroi est idéale pour s'échauffer ... 3,2,1 .. votre runneuz préférée s'élance ! :) 

17499255_720049614822832_1072307177984634959_n

 

Faux départ ! Sécurité et plan vigipirate oblige, le départ est  reporté de quelques minutes! Puis la vague 1 s'étire vers les monuments arrageois. Quelle belle surprise ! Au programme des festivités l'hotel de guines, le théatre, un passage par le musée des beaux arts, la cathédrale, le conservatoire, la somptueuse grand place d'Arras (whaouu) , la place d'ipswich, l'hôtel de ville (avec un petit détour par le bureau du maire!) , le casino .... tous ces monuments animés par une troupe constumée !

Puis vient l'amusement "trail" ... à hauteur du jardin du gouverneur... aprés un petit ravitaillement a l'eau et aux amandes.... c'est parti pour passer sous un long et lourd filet tendu sur quelques metres (je vous avouerai que ce n'était pas pratique avec le chapeau, mais un gentil troll m'a conseillé de marcher avec les fesses en avant... c'est vrai que c'est très pratique! Comment n'y ai je pas pensé avant?  :D ). Aussitôt il y a un autre obstacle avec quelques pneus à franchir.... puis dans la pénombre , nous voici partis pour 500m dans les pelouses du parc, le parcours étant seulement éclairé de petites lanternes en papier. Rien d'inaccessible, rassurez vous, tout est fait pour le grand public et aucun obstacle n'est obligatoire! 

Nous arrivons vite à l'entrée de la citadelle , deja le 6eme kilometre! La citadelle, bien connue des festivaliers du Main Square ! Nous traversons la citadelle et ses pavés , puis nous empruntons les extérieurs, le parcours n'étant pas du tout éclairé, avoir une frontale est plus que vital pour éviter les trous! Partout, il faut signaler que les bénévoles nous orientent, nous signalent les "dangers " (trous, escaliers, marche...) et nous encouragent! Vraiment une belle organisation, un grand bravo à vous!!! 

Trés vite, nous arrivons au conseil départemental, puis vient le dernier kilométre, en cote , qui nous fait remonter sous les encouragements des Arrageois sortis en nombre, vers la place des Héros! 

Et voila, la balade est deja terminée!! Un bon petit ravitaillement très complet nous attend à l'arrivée (attention toutefois à ne pas confondre la grenadine et le rosé, j'ai testé et pas approuvé du tout :) )

En cadeau pour cette course: une lampe frontale, le tee shirt officiel de l'urban trail, et un jeton permettant d'aller prendre un verre dans l'un des nombreux bars partenaires de l'événement !

17499433_720049594822834_3335697442530902947_n

En Bref, un concept géniallissime que je renouvellerai dès le 16 septembre 2017 dans ma chère ville de Valenciennes ( rien que pour courir dans le musée en pleine nuit!!) .

Merci aux arrageois pour les encouragements et la bonne humeur tout au long du parcours. Pour faire une bonne course on a besoin de coureurs et d'un public actif, et vraiment hier c'était très agréable! Merci également aux organisateurs et aux partenaires!  J'ai découvert une très belle ville toute proche, et je reviendrai m'y balader trés vite, les vieilles pierres me donnent envie d'en savoir plus :) 

Enfin, merci à Enedis qui m'a permis de participer à cet événement !!  

Pour cloturer cet article, voici ci dessous les photos empruntées à la voixdunord qui a fait un trés beau reportage sur l'événement que vous pouvez consulter en cliquant sur ce lien . Comme j'apparais de nombreuses fois, je me permets de publier ici quelques photos (si cela est genant pour toute raison, merci de prendre contact )

17499006_720385634789230_6675681303298624188_n17424703_720385651455895_4252417396116142075_n17457544_720385691455891_2115029501868082281_n

17499089_720385664789227_2274808650443056063_n

17498909_720385644789229_283414830491939892_n

17498458_720385728122554_1609198972494979294_n

17499225_720385711455889_6028211504466884381_n

17362753_720385718122555_5889428175170591430_n

17498408_719996574828136_8798456226529399643_n 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2017

Séance 34

17390480_718469048314222_6291950480225199430_o

 

Deja la séance 34, il me reste encore une bonne semaine d'entrainement, avec un dernier bloc d'entrainement ce week end, et la belle aventure de la préparation du marathon sera terminée. Ce sera non sans nostalgie... ca passe a une vitesse !! J'en suis à 12 semaines d'entrainements, et que de changements, intérieurs avec prise de conscience de ses propres capacités, de ses limites,. J'ai appris à m'écouter, mais aussi à me dépasser, à me motiver, et surtout à ne rien lâcher. Cela m'a incroyablement disciplinée dans mon quotidien , et dans certains aspects de ma vie. Physiquement... j'ai perdu 7 kilos à ce jour depuis le début de ma préparation ! Et ce n'est pas fini !

Je commence en parrallèle des programmes de renforcements musculaires qui m'aident beaucoup à tenir l'effort plus intense (cadence plus soutenue ou travail en côtes). Je me pose la question de l'aprés marathon... j'espere que je trouverai de quoi maintenir cette très belle hygiène de vie que je me suis forgée en quelques semaines. 

Et le marathon? J'ai juste hâte ! Je n'ai plus peur d'y aller, au contraire je suis impatiente d'y etre! Mon entourage me parait bien plus stressé que moi! Tout est prêt et moi aussi! :) 

 

 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2017

Semi marathon de saultain - séance 33 de la préparation marathon

Les derniéres séances de l'entrainement approchent et à 3 semaines du jour J, j'ai choisi de courir le semi marathon des printanières de Saultain. (tout près de Valenciennes), afin de tester mon comportement en course, mon matériel et les quelques produits Overstims qui m'accompagneront le jour J. 

Je savais que ce semi marathon était assez technique notamment par ses montées et descentes. Ce que je n'avais pas anticipé c'est le temps pluvieux et venteux du jour... sans compter les chemins pavés , et gorgés d'eau... bref plus qu'un semi marathon, ce semi s'apparentait à un trail... d'ailleurs j'ai souvent entendu dire que ce semi marathon est le "paris roubaix de la course à pied". 

Que du bonheur cela dit!! 

J'adore les côtes, j'y suis allée à coeur joie. Sur les 5 premiers kilométres on sort du village et on commence a emprunter les premiers sentiers pavés. Du 5eme au 10eme kilometre, l'aventure trail commence vraiment, certains passages étaient quasiment impraticables. Soit il fallait suivre la file qui se formait au milieu de la chaussée et poursuivre en ralentissant le rythme, soit prendre les flaques ou les champs et courir en prenant le risque de se blesser. Bien sur, la tête brulée que je suis à choisi... de passer par les flaques en y allant de bon coeur. Merci les asics fujipro pour l'occasion! Je sais que c'est pas l'idéal pour préparer un marathon, mais c'est exactement pour être à l'aise dans toutes les situations et sur tous les terrains que je les ai choisies :) 

17309594_718422551652205_2471315192479947256_n

 

(Mes fujipros aprés l'effort!)

Aprés un petit passage en Belgique, le terrain devient nettement plus plat, et on termine facilement ce semi , assez technique, par une route nationale. 

Je suggère tout de même aux organisateurs d'améliorer la sécurité routière du semi marathon, c'était trés dangereux par endroits, on ne se sentait plus dans une course à pied, mais au milieu d'une route normalement fréquentée...

Bref, un excellent exercice, que je termine, toute fraiche et en forme, en 2h03 !! Enfin presque en forme, je termine avec un micro bobo au genou, comme une crampe, bobo survenu dans une descente au 13eme kilométre. Avec un peu de repos, et à l'heure où j'écris, tout va beaucoup mieux!! :) 

J'ai profité de cette course pour tester mon matériel , et ma tenue. Le plus important était aussi de tester les gels overstims que je ne connaissais pas, ainsi que le gatosport. J'écrirai surement un article plus tard pour vous en parler. Le gatosport n'est pas super bon, mais il apporte en tout cas tous les éléments nutritifs nécessaires à l'effort. Ce sont de bons produits

17156132_259715767804436_3105911771593034139_n 

gatosport

 

 

Voici quelques photos de l'événement : 

dossard17352110_716472998513827_6369979287728673475_n - Edited

17425063_263857147390298_3356328724352352832_n17361806_716474711846989_6965102166227899296_n

( Ma tête au départ pour la Team Milie, et à l'arrivée! Oui ca allait trés bien! )

 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2017

La crème NOK

S'il est un indispensable des soins du runneur, c'est bien la crème Nok ! A mettre sur la table de nuit dès ce soir. Je vous explique pourquoi : 

La créme Nok, est une crème antifrottement trés utile en course à pied , notamment sur les épreuves longues et les trails. Durant la course, suite à la transpiration, à la chaleur, et au frottement de la peau contre elle même ou contre les vêtements, le coureur peut trés vite être irritée... et au bout de quelques heures, cela peut aller jusqu'au saiglement. Je vous laisse imaginer la scène sur fond de joli tee shirt clair ... 

Heuresement Akileine l'a inventé, une crème hydratante, aux extraits de beurre de karité, adaptée aux sportifs , à appliquer 20 jours avant une épreuve longue sur les zones critiques (pieds, aisselles, poitrine, intérieur des cuisses...) . Adieu les ampoules, souflettes et rougeurs liées au frottements même aprés 20 km ! 
Astuce de runneuse : l'appliquer avant d'aller se coucher en quantité limitée , la peau se régénere davantage la nuit et les actifs pénétrent mieux dans les tissus pour mieux les assouplir. La crème est très hydratante inutile d'en mettre trop, la peau ne l'absorberait pas. Il faut par contre l'appliquer à l'avance (20jours avant l'épreuve) afin de bien assouplir les tissus et profiter de toutes les vertues de la crème le jour j . 

Le jour de la course (sauf si c'est un trail), pour se préparer, il faut prendre trés peu de creme, l'appliquer sur les zones souhaitées, et bien laisser sécher 10 minutes avant de s'habiller afin de ne pas gorger de crème les textiles qui seront en contact. Pour le train, mieux vaut éviter si l'on est amené a courir dans le sable. 

En été, elle servira également par fortes chaleurs à éviter les ampoules et autres frottements désagréables ! 

Un indispensable à acheter d'urgence en pharmacie ou parapharmacie (entre 5 et 10euros le tube), on la trouve partout ! 

Posté par Marie à - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur

<$BlogCommentTitle$>

<$BlogCommentBody$>

Posté par <$BlogCommentAuthor$>, <$BlogCommentTimeAgo$> | <$BlogCommentRatingWidget$> | <$BlogCommentReplyLink$>

<$CBControlForm$>

Nouveau commentaire