Voici la revue d'une de mes courses préférées, que j'ai la chance de connaitre depuis mon plus jeune âge. 
Un cadre verdoyant, un joli village, un nom qui ne laisse pas indifférent ... et des milliers de coureurs qui affluent chaque année le 1er mai pour courir dans la campagne. Les 20km c'est un incontournable des coureurs des Hauts de France et d'ailleurs, une course notamment connue pour sa difficulté dans la deuxième partie de la course, une cote interminable entre le 15eme et le 16ème kilomètre (dénivelé + 140m) et pour sa fameuse tombola de dossards . Petite revue de l'ambiance et debrief de ma course: 

IMG_20170509_001231

Comme chaque année j'arrive au village de Maroilles vers 13h. Dès l'arrivée, le ton est donné: il y a du monde malgré la grisaille du ciel et le vent. De nombreuses voitures sont deja stationnées aux abords du village. Des prairies sont pourtant ouvertes afin de servir de parking aux coureurs . Il me faut encore récupérer le dossard et le sac souvenir. 

IMG_20170510_002649

Les dossards sont distribués en face de la mairie du village. Il faut descendre l'allée principale... il y a deja beaucoup d'ambiance et l'odeur des flamiches au maroilles et des cornets de frites réchauffent davantage l'atmosphère. Le retrait des dossards est situé au centre du village , proche du car podium qui a deja commencé son animation en présentant les coureurs venus déguisés. Je parie sur les jolies 3 mousquetaires, ex-clochettes de muguet et ex-"miss fauquet" (2 copines qui ont chaque année de très jolis déguisements faits main) . J'arrive aux dossards, et il y a peu d'attente malgré le nombre de coureurs, c'est très bien organisé, une file par initiale du nom du coureur. 
Sous condition d'avoir un dossier complet (certif médical validé) les bénévoles nous remettent le dossard et un bon pour le sac souvenir...Ah ce sac souvenir! Avis aux non initiés : il contient chaque année un fromage typique qui embaume le contenu du sac souvenir (alors quand vous habitez Lille et que vous avez une heure trente de route pour remonter, je vous laisse imaginer l'odeur dans la voiture!)! D'habitude c'est un tee shirt souvenir "finisher" qui est offert aux participants , cette année c'est une petite serviette éponge (et je trouve ca plutôt utile !) . J'ai juste le temps de retrouver mes accolytes supportrices pour leur remettre mon sac et ma veste de pluie (le temps se tient ce jour malgré un bon petit vent très frais) , et je dois partir pour l'échauffement. 

IMG_20170510_002228

Le village de Maroilles est construit sur une côte. Le départ se déroule dans la rue principale, pas très large , et plusieurs sas sont disposés en fonction du chrono estimé lors de l'inscription. Comme chaque année je suis classée dans le sas rouge, c'est à dire destiné aux finisher de plus 1h50 et ce sas se situe tout en haut du village . Le départ sera donné à 15h . Il est 14H25... je remonte l'allée en courant doucement juste de quoi m'échauffer mais il est difficile de me frayer un chemin entre les coureurs se préparant au départ et ceux qui comme moi s'échauffent. Vers 14h35 il est grand temps de se placer dans le sas rouge. Les 20km de Maroilles c'est une grande fête: il y a de la musique, des fanfares, de nombreuses familles venues encourager les leurs , les enfants jouent, encouragent leurs parents, bref la joie de vivre est omniprésente... et soudain les fidèles représentants de la jovialité belge débarquent pour animer le départ : les Gilles, avec leurs sabots, leurs bosses, leurs grelots et leurs fameuses réserves de vitamine C! Je les stoppe à l'occasion pour immortaliser le moment! 

IMG_20170510_002213

 

Je retrouve également une vieille copine de fac qui prennait pour la seconde fois le départ de cette course mythique! Nous discutons quelques minutes, puis la foule se chauffe , 3, 2, 1 ... le coup de pistolet est donné et la vague humaine commence à descendre ... Il faut savoir que je cours sans montre, je fais totalement fi du chrono sur cette course que je cours pour la 4ème fois, l'essentiel étant de prendre du plaisir et de maitriser ma conduite de course , à savoir, ne pas partir trop vite, garder du souffle, ne pas craquer dans LA côte pour terminer sur un rythme plus soutenu. M'éclater quoi ! 

Nous passons sous le portique du départ environ 1minute30 aprés le top départ. Il y a du monde , 3500 coureurs... on piètine. Cela laisse le temps de faire un petit coucou à mes supportrices adorées! Nous poursuivons la descente, il y a de nombreux photographes disposés ici et là... au passage merci running59 pour cette photo !

IMG_20170510_002242

Nous arrivons vite au 1er kilométre où nous sommes enfin à plat. Nous sortons du village, puis à 1,5kilométre, nous commencons l'ascension. Une première montée, assez douce sur la route nationale. On court doucement, le temps de trouver son rythme, raisonnable puisqu'il faut en garder sous le pied pour gravir le 15eme kilométre . En haut de la cote on voit le bandeau humain qui s'étire plus loin dans la campagne. Une seconde montée plus douce arrive entre le 2eme et le 3eme kilométre, puis c'est le grand virage vers les chemins de campagne. Et c'est parti pour 5kilomètres au vert, entre les champs où les jeunes vaches nous observent , beatement. Le premier ravitaillement est installé au 5ème kilométre. Comme le chemin est assez étroit, le rythme de la course y est ralenti, on se piètinne un peu pour obtenir une petite bouteille d'eau et un quartier d'orange. Des petites poubelles sont disposées sur les 50m suivant le ravitaillement, c'est trop peu et c'est dommage car les bouteilles se retrouveront fatalement dans les fossés et dans les champs (peut etre un axe d'amélioration pour les prochaines éditions ?) . Vers le 7eme, j'entends "tiens, comme on se retrouve!".. il s'agit en fait de ma voisine de "parking-prairie". Nous nous sommes garées à coté, et le fait est qu'elle portait aussi le tee shirt finisher du marathon et cela nous avait fait rire . On se disait qu'aprés en avoir bavé pendant 42kilométres on avait bien gagné le droit de "crâner" un peu avec nos tee shirt . Nous avons échangé en courant sur notre expérience du Marathon de Paris, pour elle aussi c'était une première et une véritable victoire. Vous voyez, la course crée des liens, c'est un partage, et on ne se snobbe pas en courant !
Retour à la civilisation à partir du 8ème où nous retrouvons les premières maisons et leurs habitants toujours prêts, comme chaque année, à encourager les coureurs. Cette année la température est idéale pour courir , 13°c , habituellement il fait chaud et beau et de nombreux riverains arrosent les coureurs ce qui est bien agréable.  Nous passons à nouveau à l'endroit du départ : afin d'atteindre le 9eme kilométre il faut remonter et effectuer une boucle qui nous permettra de redescendre le village, comme au moment du départ.  Très belle ambiance dans le village , le public encourage, les enfants tendent les mains,  les coureurs qui montent croisent les coureurs qui déscendent et le village est animé par de la musique, et mes amis les Gilles qui font claquer leur sabots en distribuant des quartiers d'orange ! Le 9eme kilométre est situé devant le car podium. C'est très facile de descendre et d'atteindre le 10ème kilométre dans le bas du village, à plat. Le deuxième ravitaillement y est installé, avec eau sucre et fruits.  C'est à partir du 10ème kilomètre que la course prend une tout autre orientation. Nous partons de l'autre coté du village de Maroilles, et aprés 4 kilométres assez plats, entre chemins de campagnes et petits villages, les choses sérieuses commencent vraiment. Entre le 13 eme et le 14eme nous sommes dans des petits faux plats et c'est toujours à cet endroit que sont disposés les photographes. Je laisse passer une joelette à ce moment, en félicitant les courageux engagés dans cette belle cause (porter un enfant ou un adulte handicapé dans une course) . 

IMG_20170510_001959

Les choses sérieuses débutent réellement au 15ème kilométre. Je vois l'indication du panneau kilométrique. Je croise à ce moment un coureur plutôt en forme , de 20 ans mon ainé. Je lui dis en voyant le panneau que c'est maintenant que tout commence. Au loin on voit une montée légère. Mon nouvel ami de course (vous comprendrez plus tard) me répond qu'il s'agit d'un faux plat. Stupéfaite, je lui répond qu'il s'agit plutôt là "d'une VRAIE montée".
C'est la première fois qu'il court les 20km de Maroilles me dit-il , il ne connait pas encore la course. Je lui suggère de ne surtout pas craquer, même si ça pique un peu, je lui souhaite un bon courage, et j'avance devant lui sur cette petite montée. 
D'un coup, la petite montée tourne... et là apparait LE MUR! La montée de dingue où l'on aperçoit deja quelques coureurs ayant jeté l'éponge. Une cote dont on ne peut voir le bout puisqu'elle tourne. Il faut monter, souffler, s'accrocher... la foulée se rétrécit, les pas sont de plus en plus petits, l'attaque se fait sur la pointe du pied ... les souffles sont suffoquants, les cuisses chauffent, piquent ... de nombreux coureurs s'arrêtent... je regarde le sol ,ne le quitte des yeux,j'utilise mes bras pour monter... j'arrive dans le virage et je tourne la tête et je vois à droite mon nouveau copain de course toujours dans ma foulée. "Elle est sympa cette petite côte" lui dis je en rigolant ! Le souffle court, il ne me répond mais esquisse un sourire narquois... oui , l'épreuve est difficile . Très vite nous parvenons au sommet ... la délivrance ! D'expèrience, je sais que le plus dur est fait, mais que ce n'est pas une raison pour se relâcher ...La vue de là haut est magnifique... Je reprends mon souffle en ralentissant raisonnablement sur 500m. Je vois mon accolyte partir au loin... tant pis me dis je. Puis arrive le 3ème ravitaillement à 16km500 environ . J'ai encore de l'eau dans la main et ma gourde de secours à la taille est encore pleine. Je ne m'arrete pas, ce qui me fait gagner quelques minutes. Je retrouve mon accolyte peu aprés le ravitaillement, il me voit , et c'est à partir de là que nous commencons à courir vers l'arrivée à un rythme assez soutenu. Nous avons couru ensemble, jusqu'à l'arrivée, sans faiblir. Il courait manifestement plus vite que moi , mais l'effort m'était supportable et j'en avais encore les capacités. A partir du 18ème kilométre, la foule est de plus en plus présente, les encouragements nous portent vers l'arrivée. Nous avons un très bon rythme pour une fin de course, j'ai l'impression de voler! Les derniers kilométres descendent vers le village, et aprés quelques virages nous arrivons face au kiosque où est installé le portique d'arrivée. L'arrivée, les 200 derniers mettres sont assez sinueux, mon accolyte est toujours là. Nous passons sur la ligne d'arrivée en simultané ! 


IMG_20170510_002909


Aprés une bonne bise bien méritée , nous avons pris quelques minutes pour débriefer notre course , nous nous sommes entrainés, l'un et l'autre sur ces 5 derniers kilométres de course, moi l'ayant entrainé dans la montée pour ne pas flancher, et lui m'ayant permis de me caler à sa foulée sur les 4 derniers kilomètres et de ne rien lâcher .Il m'explique qu'il n'avait pas couru depuis plusieurs années avant de se fixer cet objectif et que son but était de passer sous la barre des 2h pour cette course! C'est chose faite, nous arrivons en 1h56 ! Ce qui au passage est un record personnel sur cette course ! Et un magnifique souvenir que cette belle rencontre et ce beau partage d'expérience! Et oui c'est pour ça que j'aime autant la course à pied, car c'est avant tout un sport de partage , d'entraide, d'échanges de trucs et astuces autour d'une passion commune , quelque soit l'expérience ou l'âge du coureur !  

 A l'arrivée, un ravitaillement assez conséquent est installé, les bénévoles (bravo à eux , sans eux pas de beaux souvenirs) distribuent aux coureurs de quoi reprendre des forces (hmm la confiture de lait c'est une tuerie!) . Et non il n'y a pas de maroilles! Mais au cas où l'envie irresistible s'en ferait sentir, il y a bien sur les fameuses barraques a frites et de nombreuses buvettes installées à l'arrivée , autour d'un second car podium. Au pied de ce car podium, on retrouve un grand bac où les coureurs viennent déposer leur dossard: c'est ce qui permettra de réaliser la grande tombola sitôt les récompenses aux premiers de chaque catégorie distribuées. Le tirage au sort commence à 18h environ, ce qui laisse le temps à chaque coureur d'arriver tranquillement et d'aller profiter d'une petite bière avec ses amis supporters. Les coureurs déguisés se voient remettre un prix, et c'est les 3 mousquetaires qui gagnent ! Comme elles sont belles!  

IMG_20170510_002619

Dernier temps fort de la journée, et même si on ne court plus, cela fait partie de l'ambiance : la tombola des 20km de Maroilles. Qui n'a jamais révé de gagner son poids en flamiche au maroilles, en café, ou , le JACKPOT DE L'ANNEE , son poids en Maroilles??  Et non ce n'est pas une blague! Bon, que l'on se rassure, il y a aussi des lots normaux : des dossards de marathon, des electrostimulateurs, des VTT... 

Je vous explique le fonctionnement de la pesée? Le tirage au sort est réalisé par 2 enfants pris au hasard dans le public. Le coureur ayant été tiré au sort est appelé , il doit être présent et en possession d'une pièce d'identité, sinon le lot est remis en jeu. Lorsqu'il est présent, le gagnant monte sur une balance, et de l'autre coté on dispose autant de fromage, de flamiche ou de café que nécessaire pour faire basculer la balance!! Pratique me direz vous de repartir avec 70kilos de maroilles dans la voiture...

IMG_20170501_182024


Rassurez vous, les lots sont généralement vendus par les gagnants à un très bon prix au pied du car podium et le gagnant repart avec une somme coquette plutôt qu'avec son poids en maroilles! C'est le public qui l'achete, et croyez moi, il n'y en a jamais assez pour tout le monde! 

En bref, les 20km de maroilles, c'est une grande fête dans la campagne, une jolie façon de fêter le 1er mai, et en plus l'inscription n'est pas très chère (10€ quand on s'y prend tôt). C'est de la joie de vivre, de la simplicité, du bonheur une ambiance que l'on ne trouve de la sorte que dans les terres du Nord ! Un incontournable , et j'espère de tout coeur que cet article vous aura donné envie de venir courir l'année prochaine pour la 35ème édition qui réserve plein de surprises pour l'occasion... et si vous n'avez vraiment pas envie de courir, ce sera toujours une bonne raison de venir gouter à la douceur d'une flamiche au Maroilles ! 

IMG_20170509_001245