24 novembre 2017

Ronde.... et alors?

Et pourquoi l'envie de courir et de se dépasser ne serait réservé qu'à des nanas déjà "fitées" sport dont on retrouve les images du postérieur sur Instagram ?        
En quoi avoir un IMC plus élevé que la moyenne pourrait empêcher une femme ayant des rondeurs de se mettre à la course à pied?

Aujourd'hui j'ai envie de faire la peau à ces préjugés qui ne réservent la course à pied qu'à un segment spécifique de la population. A ces préjugés qui excluent les coureuses imparfaites, les lentes, les lourdes, celles qui transpirent pour de vrai, celles qui valorisent le simple fait de savoir courir 5 km et qui par leur volonté profonde parviennent à passer les lignes d'arrivée et faisant un gros fuck au chrono !

banniere

 

Si j'avais un jour écouté certains médecins, les langues méprisantes, et baissé les yeux face aux regards jugeant que mes fesses collaient un peu trop à ma jupette de trail... je ne serais certainement pas marathonienne aujourd'hui.        Le jugement a commencé par le regard des autres, puis par une estime de moi-même diminuée, me voyant moi-même énorme alors que ce n'était pas le cas, puis j'ai vraiment pris du poids et un jour un médecin m'a remise face à la réalité et aux risques que cela engendrait. Je ne courrais plus, je m'enfermais petit à petit dans l'idée que la course n'était pas faite pour moi, je disais même que courir "ne m'intéressait plus".  


Et puis un jour, la guêpe du running m’a piqué. Je suis sortie m’acheter de vrais vêtements de course et une bonne paire de basket et je m'y suis mise réellement. Non je ne ressemblais pas à ces précieuses ridicules qui s'étalent sur Instagram mais je courrais pour moi-même et tant pis si mon collant de course à pied n'était pas à mon avantage. Marre de camoufler, marre de me planquer, je m'y suis remise et je voulais trouver ma place parmi la foule. J'écris maintenant, avec le recul sur tout cela, et vous savez quoi ? .... Je me trompais sur moi-même. Je me trompais à cause d'idées reçues qui faisaient que je ne considérais pas le running comme un sport fait pour moi. Ces idées reçues qui faisaient que je me sentais mal en enfilant mes baskets ou en étant à la traine d'un groupe de runneur.

Eh oui, j’aurais pu prendre un autre chemin, écouter les autres. Leurs conneries sur la course à pied. Et en voici la liste : 

Le running c'est pour les minces       
Les lignes de départ des courses, les parcs des villes sont remplis de coureuses rondes , de vraies femmes, de belles imparfaites ! Rien à voir avec l'image que je gardais en tête, celle envoyée par la pub Kalenji, avec sa coureuse fine musclée souriante et jamais essoufflée.
Je dois même dire que j'étais surprise de voir des femmes normalement constituées au départ des courses à pied de tout type. En plus, les femmes débutent souvent la course à pied (et pratiquent ce sport) afin de perdre du poids. Comme moi ! Et la réalité fait que l'on retrouve plus de costauds qui s'assument que de frêles qui n'ont de plaisir que pour la performance. J'ai surtout remarqué cela au départ du marathon ! Incroyable ! 

Je suis trop lourde pour courir 
Quand l'envie profonde de vouloir se bouger est là, devons-nous nous arrêter au simple fait que l'on est lourd ou tout simplement rond? Parler de poids est souvent péjoratif, pourtant on peut, on a le droit d'être lourd : parce que l'on peut avoir des prédispositions héréditaires, parce qu'on traverse ou parce que l'on a connu la maladie ou de rudes épreuves de vie, parce qu'on est gourmand (statut assumé ou non), parce qu'on est très musclé, parce que l'on a aussi le droit de se trouver beau ainsi.  
Et merde aux IMC trop élevés ou aux pseudos rapports poids/hauteur que l'on essaye de nous faire passer pour de la norme. Ce n'est pas un chiffre qui doit nous faire déprimer ou nous faire sentir "hors norme". Etre lourd n'est certainement pas un handicap pour se lancer dans la course à pied, même s'il faudra prendre des précautions afin de ne pas se blesser. De plus la course à pied aide à s’alléger… alors ? Où est le problème ?

Les vêtements de sport ne sont pas adaptés pour moi.   
Je suis complexée par mon corps et c'est pour cela que je ne cours pas. Au contraire, il faut le faire si l'envie est là. Il y a de plus de nombreuses façons de s'équiper et de "camoufler" ses rondeurs si vraiment elles sont problématiques. Il faut se sentir bien dans ses baskets pendant un run, et le plaisir du running commence dans la tenue de combat !  

A l'époque, je n'avais jamais réfléchi à une tenue adaptée pour le running, je sortais courir en short et tee shirt... et au final, le problème était là. Dès que je me voyais dans la vitrine d'un magasin en train de courir, je me dégoutais, je ne prenais pas soin de la sportive que je voulais être.  J'ai décidé d'essayer du textile adapté au running et à ma morphologie, et à l'idée que je me faisais de mon physique. Il faut pouvoir se sentir bien dans ses affaires, et choisir des matières aérées et anti transpirantes. Il faut d'ailleurs investir un minimum dans de bons sous-vêtements destinés au maintien sportif. Petit rappel avec cet article. Il faut ensuite choisir des vêtements dans lesquels on se sent à l'aise.  

« Cours et tu maigriras vite »  
Faux . Quand on est ronde et que l'on veut courir pour mincir, il faut accepter le fait que ce n'est pas au bout de 3 sessions running que l'on se retrouve métamorphosée physiquement. Les premiers signes de raffermissement apparaissent au bout d'un mois avec 2 séances hebdomadaires. La pratique de la course à pied est un apprentissage long, et qui demande de la régularité ! On s'affute à long terme, la régularité est le mot clé. Bonne nouvelle, ce sport a la particularité de pouvoir se pratiquer partout !   
 
L'avantage de la course à pied est que ce sport vous fera rapidement regagner votre confiance en vous, car au bout de quelques séances vous vous sentirez bien, sure de vous, et fière de vous y tenir ! Le bénéfice sera d'abord intérieur, moral et petit à petit les effets se verront sur le corps. La pratique de ce sport vous donnera à coup sûr l'envie de soigner votre alimentation (car pour courir il faut bien manger) et de vous chouchouter. C'est un cercle vertueux, essayez-vous verrez! 

Mon chrono est ridicule !          
Archifaux! Ne vous méprisez pas, ne regardez pas les autres runneuses, foncez, résistez et faites un fuck au chrono de ma part!
C'est une image magnifique, pleine de volonté et de dépassement personnel que vous renverrez. Partagez vos sessions run via les réseaux sociaux, vous serez surprise des encouragements que vous recevrez. Allez-y a votre rythme, écoutez-vous, ne vous fixez pas d'objectif chronométrique dans un premier temps courrez et allez jusqu'à votre ligne d'arrivée et atteignez là en souriant! Soyez fière de vous et de vos efforts, c'est la plus belle des victoires! 

Posté par Kilometre à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 novembre 2017

Je débute la course à pied

Ah ces coureurs! Il y en a partout, de plus en plus, et par tous les temps ! Ils courent, font des kilomètres... il faut dire que ce sport est de loin le plus facile à pratiquer! 
Si vous avez vous aussi envie de rejoindre cette belle communauté de sportifs, voici quelques conseils pour vous y mettre. 

Bien s'équiper

Choisir une bonne paire de chaussures est primordial pour débuter la course à pied en toute sécurité. Nombre de marques ont développé leur gamme running afin d'offrir des produits techniques de qualité selon le profil du runneur et il y en a pour tous les budgets. 

Je vous conseille de relire cet article pour vous orienter sur le choix de votre chaussure, en prenant bien en considération votre type de foulée. Il faut également s'équiper en textile, et notamment en sous-vêtements de maintien ainsi qu'en textile technique permettant une bonne aération et évacuation de la transpiration. Petit conseil : le look on s’en moque, c’est le confort de la tenue qui compte. Il faut vous sentir au top niveau rien qu’en enfilant la tenue !

Etre et rester motivé.

On ne devient pas endurant du jour au lendemain, et il faut garder à l'esprit que la course à pied est un sport physique mais surtout mental. Si la tête et l'envie de vous dépasser est là, le corps suivra, malgré la difficulté. Sans motivation il sera plus difficile de vous y atteler. 

Personnellement écrire a été d'une grande aide pour m'aider à me mettre sur les rails.  Pour vous motiver, je vous suggère donc de prendre un petit carnet qui deviendra en quelque sorte votre allié de course, votre bullet agenda running. Commencez par faire la liste des raisons qui vous poussent à vouloir courir et notez-le.  Puis inscrivez-y chaque session, la durée, et libérez-vous de tout ce qui vous est passé par la tête en courant (y compris des jurons). Vos difficultés, vos facilités, votre ressenti, ce à quoi vous pensiez, bref tout, et poursuivez ce suivi. C'est à vous, il s'agit de vos efforts. Et quand vous aurez une petite baisse de motivation, il vous suffira de relire ces commentaires pour reprendre confiance en vous et voir le chemin parcouru.

Vous pouvez aussi réaliser cette étape de débriefing au travers d'application pour la course à pied, comme Décathlon Coach, Nike Pro, ou Runtastic. 

Débuter progressivement

La bonne technique pour débuter est d'alterner une minute de marche normale, puis une minute de marche rapide pour commencer à faire monter le rythme cardiaque, puis la 3ème minute en courant. Puis recommencer 3 fois de suite. En tout 9 minutes d'exercices et le reste pour débriefer et tout noter dans le petit carnet :

Liste non exhaustive : comment suis-je à la fin de cette minute de course? Suis-je essoufflée? Ai-je ressenti des douleurs? Ai-je envie d'arrêter? Qu'est ce qui a été? Qu'est ce qui n'a pas été? Quel effet me procure la marche après avoir couru? Suis-je capable d'accélérer en marchant? Ai-je une difficulté à passer de la cadence marche à la course?

Selon l'état de forme, il faudra doubler le temps de course, puis l'augmenter progressivement. Cela dans l'idée de développer petit à petit sa résistance à l'effort : il faut tout simplement apprendre au corps à s'adapter et non courir comme un hamster dans une roue. Etre à l’écoute des sensations, ressenties sous les pieds, sur la peau (ah le nez au vent !) et dans la tête. A noter qu'à ce stade, on ne parle pas d'allure, mais bien d'atteindre l'objectif de courir un certain temps. 

La réussite passe par une progression : lorsqu’il deviendra facile d’alterner marche et course, il faudra commencer par enchainer 10 à 15 minutes de course non-stop (le temps d'écouter 4 chansons de 4 minutes environ). Ensuite apprendre à s’hydrater pendant ses 15 minutes non-stop (et croyez-moi l’art de tenir la gourde en courant ça s’apprend). Puis il faudra se tenir à un objectif d’endurance SMART c’est à dire, SIMPLE MESURABLE ATTEIGNABLE REALISABLE et TEMPOREL.  

Trouver son allure de course

Allure ne signifie, ni vitesse, ni d'objectif chronométrique. On parle d'allure, qui est au sens premier la manière de se déplacer, mais également un rythme de déplacement. C’est ce rythme de déplacement qu’il faut identifier : ce rythme de déplacement vous est propre, personnel et facile à identifier car il vous permet de respirer et courir sans souffrir.      

L'idéal est de courir en aisance respiratoire, c'est à dire courir en étant capable de tenir une conversation. C’est le meilleur indicateur pour que courir rime avec plaisir. Et pour cela c’est mieux de courir à deux mais vous pouvez aussi chanter si vraiment vous êtes un/une warrior qui bataille seul ! (Et c’est tout à votre honneur !) 

Il s'agit donc de trouver son allure et d'apprendre à la maintenir, en s'écoutant notamment. Dès lors qu'un essoufflement arrive trop brusquement, il faut apprendre à ralentir. Egalement, au début d'une session, il faut apprendre à ne pas partir trop vite. Le secret est de rester à l'écoute de son corps qui envoie des signaux d'alerte très rapidement si quelque chose ne va pas. Dans ce cas, il faut ralentir… voire s'arrêter, reprendre son souffle et repartir en retenant la leçon ! 

Apprendre à soigner ses petites douleurs

La respiration est primordiale dans la course à pied : chacun a son propre rythme, le rythme idéal étant une inspiration pour deux expiration.  Au cours de ces sessions de course, les poings de cotés pourront apparaitre suite aux changements de rythme. Il faut apprendre à s'en débarrasser : un point de côté est un muscle qui a mal été alimenté en oxygène.

Pour s'en débarrasser il faut ralentir et appuyer sur le point douloureux en soufflant. Relâcher la pression en inspirant, et appuyer de nouveau en expirant. Cela jusqu'à ce que cela aille mieux.      

Parmi les petits bobos, les crampes s'inviteront peut-être. Les crampes, elles, sont liées à un manque d'hydratation du muscle. Si elles apparaissent, vous n'aurez pas d'autres choix que de vous arrêter. Pour l’enlever, il faut étirer le muscle douloureux et s'hydrater. L'hydratation est primordiale en course à pied, pour bien courir il faut bien boire (de l’eau).

S'accorder du repos

Oui, la course à pied c'est dur au début, le temps de prendre le pli de la régularité, mais il faut aussi apprendre à s'accorder du repos. La course est un sport qui fait travailler le corps entier, et il est important d'accepter de ne pas trop en faire d'un coup de de savoir se reposer. Il faut écouter son corps, encore une fois, on a le droit d'être fatigué.

Il faudra néanmoins toujours trouver un temps pour se bouger plusieurs fois dans la semaine. Et bouger progressivement mais pas trop d'un coup au risque de se blesser et de vraiment se dégouter!

Terminer en s'étirant

C'est avec quelques étirements que se termine toute session de course à pied. Le corps est soumis à rude épreuve et si l'on veut éviter les courbatures, ces 5 petites minutes sont essentielles.
Avant de réaliser quelques exercices d'étirements il faut penser à s'hydrater avec de l'eau, immédiatement après l’arrêt de l’effort. Puis enchainer les exercices sans forcer. L'étirement est un retour au calme pour le corps. Le muscle doit légèrement tirer mais ne pas faire mal. Suite aux étirements, des massages avec de l'huile d'arnica permettent d'atténuer les douleurs.      
Enfin, une bonne douche alternant jet chaud et froid permettra au corps de se débarrasser des toxines contenues dans les muscles, et donc une meilleure récupération… sans parler du plaisir olfactif retrouvé !

Se fixer un objectif, en oubliant la vitesse 

La course à pied n'est pas un enjeu de vitesse lorsque l'on débute, mais elle le devient. C'est comme pour le ski, il faut en maitriser les bases pour pouvoir aller plus vite sans se blesser.
Le débutant en course à pied doit procéder par étapes d'abord maitriser sa respiration, sa foulée, éventuellement apprendre à corriger sa posture, travailler sa résistance dans la durée.

Lorsque tous ces éléments sont respectés, l'heure est arrivée de s'inscrire à sa première course ! 5 mots SMART pour se fixer un objectif: il doit être Simple, Mesurable, Atteignable, Réalisable et Temporel. 

Inutile donc de vous inscrire sur un marathon si vous débutez la course à pied. 
Un 5km est largement suffisant, car courir dans des conditions de course risque de perturber vos repères de novice. L'allure au départ d'une course est modifiée par le flux de coureurs, on peut prendre un départ trop rapide, se laisser entrainer et finalement vivre l'enfer car on perd ses repères habituels. Il faut donc y aller progressivement, et bien garder en tête les repères pris à l'entrainement.    
Il ne faut pas non plus être trop gourmand face au chronomètre, les premières courses permettent de fixer une tendance chronométrique qui serviront de points de départ pour d'autres belles aventures ....

 

 

Posté par Kilometre à 07:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2017

Testathlon de la fondation Digestcience

Le Testathlon du Digestscience a eu lieu le 14 octobre dans la jolie ville d'Armentières, dans le parc des Près du Hem tout près de Lille. Il ne s'agit pas là d'une course, mais d'un véritable événement sportif qui permet à toute la famille de faire un peu de sport, et pour une bonne cause. Course, Marche et Vélo, le tout dans la bonne humeur et la convivialité, voici ma revue sur ce bel événement sportif ! 

22528261_823237891170670_2600741684041329604_n

L'association Digescience qui organise l'événement est une fondation consacrée à la recherche sur les maladies digestives : maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, maladie coeliaque, syndrome de l'intestin irritable...Plus qu'une course c'est une matinée sportive qui est proposée aux participants. L'épreuve se compose d'une partie "course à pied" dont le participant choisi la distance soit 3.5km soit 7km puis d'une épreuve cycliste, où là encore plusieurs parcours sont proposés afin de laisser le choix de la distance au coureur, 12km,25km, 50km ... 

On trouve tout type de participants: des familles venues avec les enfants, des randonneurs, des jeunes, des personnes agées, des sportifs chevronnés, confirmés , des débutants.... 

Les courses ne sont pas chronométrées, c'est donc une course idéale pour débuter , ou pour effectuer une première compétition encadrée.  

Le départ de la 1ere partie de l'événement est donné à 10h. Il faut se rendre sur place une bonne heure avant, juste le temps d'arriver, de trouver un endroit où se garer, et bien entendu le temps de préparer les vélos. 

Le retrait des dossards se fait dans la salle de réception du parc des Prés du Hem et on peut retirer son dossard la veille. En entrant, il faut rechercher son nom sur une liste puis s'orienter vers les tables correspondant à la tranche de numéro du dossard. C'est trés rapide, environ 2000 participants doivent être servis. Au moment de récupérer le dossard, on nous remet une pancarte qui est en quelque sorte le dossard du vélo , et cela permet d'aller le mettre au bon emplacement sur le parking à vélo prévu. On nous remet également qu'un tee shirt technique. Un parking à vélo sécurisé est prévu , et on peut y entrer que si l'on a le dossard accroché sur le tee shirt, donc pas de vol de matériel possible. 

22527991_821596104668182_8443563216649416772_n

Le départ de la partie course approche, et sur un podium situé sur la ligne de départ, les coureurs et marcheurs sont appellés à venir s'échauffer. Là encore :  whaou! Une énergie folle est déployée pour rendre le début de la course le plus festif qui soit et nombreux sont les participants qui partent sautiller. 

Le départ est donné : selon le choix du coureur (qui a le droit de changer d'avis pendant sa course) , la course sera de 3.5 ou de 7km ce qui correspond à 1 ou 2 tours du parc. C'est un endroit que je ne connaissais pas encore autour de Lille, et une belle découverte. C'est agréable de courir autour de cette base de loisirs, et même de venir s'y promener. 
La course est bien animée, d'une part l'ambiance entre coureurs est bon enfant, pas de bousculades, mais on voit aussi que les gens prennent plaisir à courir, qu'il n'y a pas de pression ici. On discute, on rigole, et en plus de nombreux photographes sont là pour immortaliser l'évémement . 
Avec l'ami Fredo , nous avons choisi de ne faire qu'un tour et de tout miser sur la seconde partie de la course : le vélo ! 25km de VTT. La ligne d'arrivée franchie, un premier ravitaillement bien fourni est offert . Juste le temps de prendre un petit verre d'eau, et de récupérer le VTT . 

Et c'est là que la vraie difficulté commencait pour moi car je suis nulle de chez nulle sur un vélo, c'est presque une phobie suite à de nombreux gadins pris sur cet engin de torture. Alors 25km relève véritablement de l'exploit pour moi... le ciel est bleu en cette matinée et il a peu plus les jours précédents. Les conditions sont idéales pour pédaler. Il faut savoir que le Nord recèle de jolis paysages, et bien souvent pavés. Les 25 km nous font passer au travers des champs par ces passages pavés, puis nous rejoignons la Belgique. A mi parcours un trés gros ravitaillement attend les coureurs.

22490215_821596168001509_6481911095291138708_n

22405631_821596158001510_2798342088445685304_n

 

Le parcours est vraiment joli , surtout à l'arrivée de l'automne, c'est une très belle façon de découvrir de jolis paysages. Et je dois avouer que j'ai complétement oublié la difficulté du vélo, qui peut être n'étaient que des difficultés que je m'inventais , et j'ai vraiment apprécié pédaler... une nouvelle vocation peut être? 

A l'arrivée, dernière surprise, le repas du midi est offert à tous les participants. Cela laisse le temps aux coureurs ayant choisi les plus longues distances d'arriver et à chacun de profiter d'une belle aprés midi ensolleillée. Il faut savoir que tout est prévu en cas de mauvais temps pour acceuillir les sportifs. C'est vraiment un événement trés convivial qui est proposé ici, et j'espère que de plus en plus de sportifs répondront présents aux prochaines éditions . En tout cas, j'y serai l'an prochain... et vous? 

(crédit photo: g.colin.jalbum.net/cyclos) 

Posté par Kilometre à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]