29 septembre 2017

La course des terrils : les allumés

22008100_814139505413842_6554271734878552708_n

La course des allumés des terrils c'est ma course préférée de l'année. Frontale vissée sur la tête , 1500 coureurs affluent au Château de la Princesse d'Aremberg situé à Raismes, tout prés de Valenciennes. Nous sommes au pied d'une ancienne mine de charbon, le soleil se couche et l'objectif se dresse à l'horizon : 2 beaux terrils bien hauts et bien noirs nous attendent dans la pénombre ... pour nous en faire voir de toutes les couleurs!!  Je vous raconte! 

Commençons , comme chaque revue de course par un feedback sur le retrait des dossards. La course des terrils fête cette année son 33eme anniversaire , et cela ne s'invente pas: tout est rodé! En arrivant sur le village de départ, tout est bien indiqué et bien fléché. On récupère d'abord son numéro de dossard en consultant les listes de coureurs affichés sur des tableaux. On circule bien dans cette zone, il n'y a pas de bouchons... et chose faite, il n'y a plus qu'à s'adresser au bon comptoir. Les dossards sont classés de 1 à 500, de 501 à 1000... ce qui rend le retrait encore plus rapide. En tout moins de 5 minutes, et nous sommes arrivés 45 minutes avant le départ, comme de coutume. 

21768050_814144328746693_872669344736310026_n

22007759_814144278746698_2937576356479933363_n

Aprés vérification de l'identité et du certificat médical, on nous remet une enveloppe, contenant le dossard et le ticket pour retirer le tee shirt souvenir. Pour les adeptes, le tee shirt c'est un objet de collection ! Cette année il est noir et cintré pour les femmes (les éditions précédentes il s'agissait de la gamme Run By Night de Kalenji, avec les couleurs flashy) et orange fluo pour les hommes. Le partenaire sportif principal c'est Decathlon, et son stand nous attend sur le village avec ses prix préférentiels sur les articles runnings (frontales, vetements de trail..) ET sa roue traditionnelle : chaque détenteur de dossard peut tourner la roue, et tenter de remporter une réduction allant de 5€ à 15€. Et on a gagné le gros lot! 
Autre point important d'un village de départ: les pipi's rooms. Il y en a partout de chaque coté du village et en nombre suffisant. 

La course des allumés est une course nocturne , festive et chronométrée . Chaque année, quelques coureurs se déguisent,  et une fois n'est pas coutume, je n'ai pas pu résister à l'appel de la joie de vivre,  et j'ai entrainé dans ma folie mon cher Sébastien ! Bonnie and Clyde version cape et loup sont de la partie! Ok nous ressemblons aussi à un couple de sado maso... ON SAIT! 

22089225_814144408746685_6761526174048070083_n

Vers 18h45 les coureurs s'amassent vers la ligne de départ, située proche de la base de loisirs. Plusieurs vagues de départ sont prévues et c'est tant mieux. Le flow de coureurs à toujours du mal à se désépaissir et cela forme des bouchons aux abords des obstacles et des chemins de foret. 

22008391_814144378746688_4518126189211847526_n

A 19h la première vague s'élance. Nous sommes dans la seconde, qui part 5 minutes plus tard. Et c'est la fête! De nombreuses familles viennent applaudir le départ, certains munis de klaxons font du bruit, les gens applaudissent... c'est trés convivial et chaleureux. Nous entrons dans la foret au 1er kilométre, et petit à petit le mode trail se met en place. On se suit, on s'entraide en prévenant des obstacles "boue", "caillou", "trou", ...

Enfin, le moment tant attendu arrive. Nous voilà arrivés au pied du monstre. Pourtant, il ne paye pas de mine ce terril ... enfin, à première vue. C'est vrai qu'il à l'air abordable, surtout si on s'arrete pour prendre le temps de voir la foule de coureurs qui partent vaillament à l'abordage.  

22007538_814143588746767_6601270691207911191_n

Détrompez vous. Il y a un truc à savoir avant de commencer l'ascension. De quel coté monter. La majorité des coureurs suivent le flow. L'idéal c'est de passer sur les cotés. Plus haut il y a des rainures qui permettent de mieux s'accrocher à la pente. C'est presque de l'escalade à certains endroits... et à vrai dire, on se courbe très vite... je dirais qu'un coureur moyen tient 30sec en état normal , puis s'accroupit, met les mains aux sols, pense à ses grands-parents / arrières grands parents mineurs ,  se salit , et termine à 4 pattes en maudissant ses poumons et ses cuisses. 

Chacun vit l'expérience à sa manière, mais peu font les malins au milieu du terril. Une fois engagé, il est presque impossible de redescendre et la foule qui arrive derrière fait que l'on avance toujours. Pour profiter du spectacle il vaut mieux s'arrêter en haut, et récupérer avant de reprendre. Voici quelques photos du spectacle des loupiotes qui grimpent : 

22007938_814149635412829_7885447180194632058_n

22046943_814149748746151_4827665924643932786_n

T'inquiète c'est roulant  !  

Le souffle retrouvé , il faut poursuivre l'effort, car il nous reste encore près de 7 kilomètres à parcourir, et aprés la montée du 1er terril, arrive la descente !  Et c'est là qu'il faut se méfier des trous, à peine éclairés par les frontales, les pierres qui roulent et autres aléas du trail. On est vite emportés dans le flux de coureurs, et je ne saurais que conseiller de ralentir pour éviter les blessures. En bas du terril, grosse ambiance grace au public venu soutenir les coureurs! Entre le 1er et le 2ème terril c'est un parcours nature, dans la foret , avec les montées, descentes, terrains variables,et pas mal de boue ... pour mon plus grand plaisir. Nous passons également le long du chevalement. Le chevalement, c'est en quelque sorte l'ascenseur qui permettait aux mineurs de descendre dans la mine à l'époque. Aujourd'hui il ne reste que les imposantes structures métalliques, et celui ci est éclairé. Avec la pénombre et le 1er quartier de lune, impossible de ne pas admirer le tableau. Et voilà encore un arrêt "tourisme" pour ma part. 

21768285_814149712079488_2217461883046613690_n

Le 2éme terril arrive au 5ème kilomètre. On se dit qu'il ne sera pas pire que le premier. Il est juste différent, plus haut, et nous ne l'abordons pas de la même facon. Nous empruntons cette fois le sentier de randonnée , l'ascension sera donc progressive. Il n'y a pas trop de bouchons de ce coté là (lors des précédentes éditions on se suivait à la queue-leu-leu ). Par contre qu'est ce que ça grimpe, et ça n'en fini plus! L'effort ici, c'est l'endurance, de la vraie course en montée. La fin est difficile, beaucoup (moi même) marchons. Nous n'atteignons pas le sommet du terril, nous contournons et redescendons directement. 

parcoursallumes17

La dernière partie de la course ce sont de longues lignes droites, d'abord sur un chemin pavé, typique du nord. Il faut trouver ces appuis sur ce type de terrain très instable, et de bonnes chaussures de trail aident à l'effort. Ensuite, il s'agit d'un chemin type sentier et bien entendu on passe de nombreuses zones boueuses. J'ai senti des ailes pousser sous ma cape de Superwoman à ce moment là, j'ai accèléré sans m'en apercevoir à un moment où tout le monde semblait ralentir. Est ce l'éclairage à la frontale? Est ce le fait de dépasser sans cesse les autres coureurs? Est ce la fraicheur de la foret à ce moment? Toujours est il que j'ai gardé une super cadence que j'ai tenu pendant presque 2.5km jusque l'arrivée, avec une petite baisse de régime à un moment donné, mais Séb m'a relancée. 

22090033_814149692079490_2912605776831445497_n

L'arrivée enfin ! Elle se situe face au Château de la Princesse d'Aremberg, et sous les applaudissements. C'est la fête sous le portique, l'animateur s'apprete à récompenser les vainqueurs masculins et les championnes , il y a de la musique qui donne envie de danser . La façade du chateau est illuminée par des couleurs changeantes. 

Le ravitaillement! Chaque année il y a foule, chaque année on s'y précipite et chaque année on y est acceuillis avec le sourire . Le ravitaillement est bien garni, sucré et salé, il y a de tout pour bien récupérer. Des robinets sont installés à proximité et des gobelets sont distribués aux coureurs pour aller se servir directement. 

Enfin, dernière tradition de la course des allumés des terrils: La soupe à l'oignon!! C'est la partie 2 du ravitaillement, la soupe est généreusement offerte aux coureurs, et croyez moi, la nuit venue et aprés un trail de 9km c'est super réconfortant et délicieux! Pour les plus affamés, on trouve aussi sur le village food truck , buvette , friterie... bref tout est pensé pour fêter la course avec sa petite tribu. 

La fête de la course des allumés s'arrête là, mais reprend le dimanche matin avec les courses diurnes, et notamment avec les courses de 3km (La Familiale), de 9km (la Furtive), de 16km (l'Authentique), de 25km (La sauvage) , une randonnée et même une course pour les Petits Quinquins (les enfants). 

J'espère vous avoir convaincu de l'interet et de l'ambiance festive de cette belle course à pied de la région Hauts de France, et si vous en voulez encore, voici une très belle vidéo réalisée il y a 2 ans, et qui reflète tout à fait l'ambiance! 

 


28 septembre 2017

URBAN TRAIL DE VALENCIENNES : ce que vous avez raté!

Je connaissais déjà l’Urban Trail grâce à celui d’Arras qui s’était déroulé en mars. Le concept est génial pour se mettre à la course à pied : on chausse ses baskets et c’est parti dans la joie et la bonne humeur pour une course mêlant course urbaine et trail dans les rues et monuments emblématiques de la ville. 10 kilomètres au total, sans chronomètre aux trousses. Parfait pour les débutants et ceux qui cherchent avant tout à s’amuser en courant.

urbantrail_0

En tant que Valenciennoise, c’était impossible de rater cette édition, en plein week end des Journées du Patrimoine. Et il y a beaucoup à voir, à savoir et à découvrir sur cette ville longtemps dénigrée, qui connaît aujourd’hui un souffle de renouveau. L’Athènes du Nord la nomme t’on en référence à ses innombrables et célèbres artistes… et croyez moi, même en connaissant la ville sur le bout des doigts j’ai encore découvert de nouveaux endroits! Voici la revue.

Le retrait des dossards avait lieu dans le coeur commercial de la ville, le centre place d’Armes. C’est ici que contre le certificat médical on nous remettait rapidement dossard, tee shirt souvenir , et une lampe frontale. 

Le départ avait lieu sur la belle place principale de la ville, la Place d’Armes, au pied du Beffroi de Valenciennes. Au départ pour m'accompagner "Maman Warrior" et "Wonder Seb". La dream Team.

21768418_814143758746750_3752056816219629872_n

22008464_814143825413410_3285474094079924409_n

22007666_814143855413407_125185732029979286_n

Plusieurs vagues de départ étaient programmées 19h , 19h10 , 19h15 . Même si la première vague a eu du mal à se chauffer et faire démarrer l’ambiance de fête, la vague numéro 2 à rattrapé son retard… Merci d’ailleurs au coach qui nous a fait un sexy training et qui à littéralement mis le feu à la foule ! 

22046465_814144212080038_8649672050195984179_n

crédit photo: Album facebook de Maxime Delobel

“Il ne faut pas seulement le regarder mesdames, vous devez faire comme lui”!

C’était survolté, tout pour être dans d’excellentes conditions de départ !

Nous sommes partis de la place d’Armes, et rapidement nous avons pris le chemin du quartier Saint Géry, un quartier rempli d’anciennes demeures, de la vieille pierre…  après une première boucle nous contournons la bibliothèque et entrons dans la cour du Conservatoire de musique. Nous prenons la direction de la sous préfecture , nous passons dans l’entrée et dans le jardin. Il y a de la musique tous les 500m, c'est très agréable. Le parcours nous porte ensuite vers une zone de vestiges,  l'Ecluse des repenties et le Parc de la Citadelle (Vauban encore) , pas très populaire car assez excentrée, mais que la course a su mettre en valeur . Les organisateurs y avaient lâché un cracheur de feu et dans ce décor, ca en jetait !

Puis le côté trail a enfin commencé. Il fallait de là remonter sur le pont (Villard) sur lequel attendait une file d’automobilistes un peu agacés…  puis le pont traversé il fallait en redescendre,  sur l’autre rive, puis ensuite remonter la "digue" à la corde. Un bon entraînement en vue de la course des terrils.

37114273832_b968399164_c

 Crédit photo: https://joggingclublicquois.fr album urban trail de Valenciennes

Nous continuons pour atteindre le Lycée de l’Escaut et son architecture navale, puis longer encore le canal jusqu’à arriver sur le port de plaisance où nous faisons la boucle. Nous continuons, repassons un énième pont, la gare… continuons la course qui nous emmène dans les jeux pour enfants… du Mc Donalds. Plutôt original, et la grande gamine que je suis n’a pas pu résister …

21766679_814143958746730_1364582688889358501_n

 Nous nous dirigeons ensuite vers un quartier assez fréquenté de Valenciennes, le pole universitaire des Tertiales, et aprés quelques étages nous atteignons la porte de la Bibliothèque Universitaire! J’étais ravie d’y revenir, j’y ai plein de bons souvenirs d’étudiante! Puis nous redescendons les marches, et empruntons une ruelle sombre qui nous donne accès à un monument emblématique de Valenciennes, longtemps méconnu .. l'Hôtel ou hôpital du Hainaut. Un bâtiment datant du XVIIIème siècle, dont la construction fut ordonnée par Louis XV afin d’y recueillir tous les déshérités du secteur. Un bâtiment grandiose, de l’architecte Pierre Contant d'Ivry, a qui l'on doit également l’église de La Madeleine à Paris, ou de la cathédrale d’Arras . Ce bâtiment, c’est un château à l’intérieur de la ville, il est actuellement en cours de réhabilitation et accueillera un palace 4 étoiles en 2018 ainsi que de nombreux lieux de vie. Chargé d’histoire, nous y entrons par la cour arrière , ou un groupe de rock nous enjoue au son des guitares. Les lumières du jardin et la nuit donnent une atmosphère particulière à cette visite sportive.

22045873_814143982080061_2236288879240888535_n

21762572_1915449675385642_3697297146421095335_o

crédit photo: Album facebook de Maxime Delobel

Nous entrons dans le bâtiment, dans le hall principal et en ressortons presque aussitôt . Nous traversons quelques rues et sans nous en rendre compte nous voilà revenus dans la caserne militaire Damien ! Je dis revenus , car tous les Valenciennois y sont passés un jour , pour la journée JAPD ou autre…. Assez austère, la traversée du bâtiment est juste parfaite pour nous faire chauffer les quadriceps avec ses innombrables escaliers… au sortir, dans la cour de la caserne un orchestre militaire nous joue la sérénade … et leurs notes nous portent dans l’agence d’un partenaire de la course, la mutuelle APREVA, qui pour l’occasion à mis des ballons roses partout! 

21767979_814144032080056_5465315425687153294_n

" Garde à vous! "

Le parcours nous porte ensuite vers le musée de la Ville, qui malheureusement n’est pas ouvert pour la traversée… mais au vue des magnifiques oeuvres qui y sont exposées, il est aisé d’en comprendre les motivations.  Nous passons derrière le musée, sur l’endroit où se déroule le marché de la ville, et passons les quelques ruines et les pavés de la place. Un obstacle est installé et nous devons passer sous le filet. C’est interminable ce truc!  Nous contournons le kiosque ou une chanteuse entonne quelques mélodies et encourage les coureurs entre 2 prestations.

21992984_814213975406395_81194364524337271_o

(promis, j'arrete les poses de mannequin potiche au prochain article)

Enfin, les derniers kilomètres approchent...et nous partons vers le parc de la Rhonelle , un parc assez connu des runners de la ville… il est ce soir éclairé par des petites lanternes et nous empruntons les sentiers perdus...et notamment des escaliers aux marches difformes . Le temps est enfin venu de regagner le centre ville par la Rue Abel de Pujol , qui est la rue la plus ancienne de la ville (il y a encore de nombreux vestiges médiévaux dans cette rue). Nous arrivons derrière l’église Notre Dame du Saint Cordon, un bel édifice, auréolé d’une jolie légende, mais qui tombe désespérément en ruines… les odeurs des restaurants nous mettent en appétit dans la rue… et nous entrons dans l’un des établissements , le Bar à Lire, que nous traversons. Un grand merci à ses sympathiques propriétaires de nous laisser traverser ce tout petit établissement, très chaleureux.

22046487_814144065413386_8782920761198420822_n

Le dernier kilomètre nous fait entrer par le côté du centre commercial Place d’Armes, que nous traversons par son artère principale de façon à ressortir directement sur la place d’Armes... le lieu du départ! Nous y croisons le photographe Cyril et c'est parti pour une petite pause en moon walk, juste pour le fun. 

21766623_814144108746715_7242939824162841875_n

Crédit photo: album Flickr US Valenciennes Athlétisme de Cyril 

Nous sortons du centre commercial et arrivons devant le fameux, l’unique ,le "toujours-là" des belles courses, je parle du car podium La voix du Nord. Nous nous arrêtons. Perplexes sommes nous arrivés?? Il n’y a rien qui indique l’arrivée pourtant et d'autres coureurs comme nous semblent s’interroger! 
“Par ici” nous crie un bénévole en nous montrant l’entrée d'un bus, que nous devons en fait traverser. Ah les joies de l'Urban Trail ! Encore des marches à monter , on a mal! Nous en ressortons et passons dans un bar , le Boston Company . Et là , j'ai la joie d'y trouver mes copains venus nous encourager!

Nous sommes aussi passés dans la mairie, mais ma mémoire ne me permet pas de vous dire à quel moment. Un photographe a juste eu le temps d'immortaliser la guingette qui y était installée où Wonder Seb m'a fait danser! 

21740566_10214327569811419_3117404675519526966_n

crédit photo: Antoine Lukaszewski sur facebook

Juste le temps de faire la boucle par le bar, et nous reprenons le chemin de l’arrivée officielle, belle et bien située devant le car podium! Et là c’est bien fini ! Il ne reste plus qu'à attendre maman Warrior qui termine peu aprés nous. A l’arrivée c’est la fête, le ravitaillement bien garni nous offre de quoi nous nourrir, tant en salé qu’en sucré . Un jeton est remis à chaque participant afin de profiter d’une boisson dans l’un des bars partenaires situé sur la place.

22007316_814143658746760_488941974030502514_n

Wonder Seb et Marie BigBoobs à l'arrivée

 

En résumé, une redécouverte nocturne de la belle Valenciennes à la tombée de la nuit qui met en exergue toute sa richesse historique et culturelle. La musique était présente sur l’intégralité du parcours et les valenciennois étaient en mode festif et chaleureux ce soir là! Une magnifique soirée, et un beau concept de course, que j’espère renouveler avec les prochaines éditions qui se dérouleront à Beauvais et à Compiègne !

 

Posté par Kilometre à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 septembre 2017

La Parisienne 2017

Whouaaou ! C'est ce que j'ai dit pendant tout le week end, au pied de la Tour Eiffel! Ceux qui me suivent sur Instagram ont pu le constater grace à la story . La Parisienne c'est un événement riche en émotions, en cadeaux, en photos, en souvenirs , une course qui envoie du fun à gogo, dans un décor de rêve ... bref une course incontournable à partir de maintenant! 

laparisienne

J'ai pourtant longtemps hésité à la faire , trouvant le prix trop élevé pour une course de moins de 10 kilomètres. Du coup j'y accompagnais en tant que supportrice ma coureuse de warrior de maman ... et cette année je me suis jetée à l'eau, à ses cotés .
Verdict : JE ME TROMPAIS sur toute la ligne , car la Parisienne c'est : 

  • Une course 100% nana

Mince, ronde, sportive débutante ou confirmée, passionnée ou juste venue pour essayer... la course de La Parisienne c'est un événement 100% filles ! Le parcours de 7 km dans les rues les plus emblématiques de la capitale est accessible à tous les niveaux de coureuses et permet en début de saison de mettre le pied à l'étrier pour vraiment se mettre au sport pour l'automne. Derrière les barriéres de la course ... on retrouve les hommes qui nous applaudissent! Ca fait du bien, ca change ! Et c'est beau de voir autant de femmes heureuses et réunies par le sport ! 

  • Un village de départ façon "Festival"  aux couleurs des Caraibes 

Les 3 jours précédant la course, un village d'animation est installé sur le Champ de Mars, face à une sacrée parisienne, la Tour Eiffel. On s'y sent comme sur un festival de musique, l'ambiance est similaire. C'est sur ce village que l'on vient récupérer le dossard et le sac souvenir, vraiment bien garni: il se compose d'un tee shirt et de produits à tester.

lp6



Sur ce village on trouve tous les stands des partenaires de la course qui proposent de nombreuses animations, des photoboots, des cadeaux, des dégustations, des tests, et même des massages et des brushings!! Conseils nutritions, conseils beauté, ligue contre le cancer... ces nombreux stands permettent aux participantes et leur famille de venir passer un moment agréable.

lp5

Au milieu du village, c'est un parquet qui est installé et selon un programme diverses animations sportives sont proposées: streching, renforcement musculaire, cours de raggaeton ... bref il y en a pour tous les gouts et pour toutes les femmes! Il y a 2 ans, j'ai assité à un cours de danse dispensé par Fauve Hautot. Rien que ça ! 

On croise aussi des dresseurs de perroquets, la fédération carnaval tropical et ses magnifiques miss ... 

cv

  • Des cadeaux à gogo ! 

Je vous parlais d'un sac souvenir bien garni, mais ce n'est pas tout. A chaque stand partenaire, tout est pensé pour faire plaisir aux femmes: on en ressort avec de nombreux cadeaux, des échantillons de produits de beauté, des bijoux . Tout ce que l'on aime! 

A l'entrée du village le stand Liérac qui fait un tabac , il faut patienter pour tourner la roue et remporter un produit Lierac . J'ai gagné un joli sautoir :)

A coté, c'est le stand Eona, une marque connue des kiné, puisqu'il s'agit des huiles de massages utilisées dans les cabinets. Eona propose une gamme complète d'huiles essentielles pour nous permettre de nous chouchouter avant et aprés l'effort. Pour les plus patientes, il est possible d'obtenir un massage. Pour les plus préssées, le personnel remet généreusement des échantillons. 

A coté de la scéne a Boulangère nous rappelle que "Le meilleur temps est celui que l'on prend pour soi" et nous offre des dégustations de recettes originales aprés avoir fait une petite photo souvenir . 

Plus loin c'est la Smart Como qui attire les regards avec ses couleurs aux couleurs de la course: l'animation est un photoboot qui permet de remporter des lots. Quel fou rire ! Si vous voulez savoir allez sur Instagram et likez la photo !

Bref, de nombreux stands à tester et on repart rarement les mains vides... voici un petit best of des photoboots que l'on a fait et des cadeaux :) 

  • La course : Un parcours majestueux 

Le Champ de Mars , La Tour Eiffel , le parcours, tout Paris est au pied des participantes et c'est juste un magnifique hommage à la femme qui est rendu au travers de cette course. Aprés un échauffement collectif et aprés avoir passé le sas de départ selon l'heure qui est indiquée sur un petit bracelet lié au dossard, nous longeons la Tour Eiffel afin de nous présenter au départ sur le pont d'Iéna, face au Trocadéro. C'est parti pour une demi heure d'attente , car les départs sont donnés par vague, et il faut patienter entre chaque. Sur la ligne de départ l'ambiance est tropicale ! Nathalie Simon et Laura Flessel font monter l'ambiance, un groupe de percussions et de danseurs organise un échauffement collectif... 

lp3

Soudain le compte à rebours est lancé , 5, 4 , 3, 2, 1 et c'est parti pour 7 km de joie et de bonne humeur!! Depuis le Trocadéro nous longeons les quais de Seine et passons le long du Palais de Tokyo puis nous plongeons sous le pont de l'Alma. C'est sous ce pont que se cache le 1er kilométre. Pour ma part, j'ai décidé que cette course serait une grosse fiesta, et comme j'accompagne ma runneuse de mère j'ai tout le temps de faire la folle ! A vrai dire j'ai autant couru que dansé sur le parcours.
Nous poursuivons le long des quais de seine jusqu'à arriver devant le Grand Palais. Plus que 5 kilomètres... très vite nous atteignons les Champ Elysées et c'est parti pour une première séance photo avec l'Arc de Triomphe en arrière plan. Cela me rappelle de magnifiques souvenirs de départ de marathon !

Place de la Concorde nous reprenons la route vers le pont Alexandre III, comme le 3eme kilométre que nous venons de passer. Nous sommes face au dome des Invalides et c'est aussi le moment 100% girly avec les photographes qui ne perdent pas une miette des 28419 coureuses. Nous sommes au 4eme kilomètre. C'est aussi l'heure du ravitaillement : imaginez Paris et les cocotiers, et bien le ravitaillement c'était ça , à la façon des courses parisiennes, avec des stands longs, des bénévoles souriants et sympas, et des poubelles !!  

cocotier

crédit photo: http://www.la-parisienne.net/portfolios/parisienne-10-09-2017


Aprés ce passage, nous retrouvons les berges de Seine.  Presque tous les 300 m de course, des groupes ambiancent la course avec de la musique et des percussions. C'est de la folie douce, on s'amuse beaucoup ! Je suis sure que personne ne voit passer les kilométres dans ces conditions , d'ailleurs le 5ème kilométre est presque invisible! C'est un plaisir que de courir dans ce musée à ciel ouvert !

La Tour Eiffel réapparait petit à petit , et nous arrivons au pont d'Ièna où se situe le Parisienne Club, où "le dossard et les baskets sont exigés". Le tunnel est convertit en club , avec lumière, un DJ, une machine à fumée ... Bref le gros délire pour décompresser au 6ème kilomètre et tout donner jusqu'à la ligne d'arrivée! Nous avons juste le temps de contourner la tour Eiffel, et nous voici presque face à l'arrivée !!  

  • Une médaille magnifique

lp4

Je vous parlais de cadeaux. Outre le fait d'être gatée au moment de la remise du dossard avec le sac souvenir, et sur le village par les partenaire, l'arrivée c'est à proprement parler un florilège de récompenses... un tote bag contenant le Graal : La MEDAILLE. Typique de la course, elle est toujours très élégante et soignée, mais celle ci est vraiment particulière . MA-GNI-FIQUE !
On nous remet également un ravitaillement (pain au chocolat et eau), ainsi qu'une rose . Enfin, juste avant de quitter la zone d'arrivée et de rejoindre le village , une dernière animation pour les courageuses : on nous remet à chacune un collier de fleurs pour rester dans l'ambiance Caraibes.

Capture


Là c'est le Champ de Mars qui se transforme en studio photo souvenir, chacun y va de son selfie-médaillé , le sourire jusqu'au oreilles, la Grande Dame de Fer en arrière plan.

  • De beaux souvenirs,  beaucoup d'émotion et de fierté

Note personnelle sur ce moment marquant : L'arrivée!
Quelle émotion ! J'ai décidé à ce moment de faire un live sur facebook ... et je me souviendrai longtemps de l'arrivée de la parisienne 2017! Un grand jour pour ma warrior de maman qui a réussi à boucler sa course , une de ses préférées et qui lui tenait tant à coeur. Surtout cette année.  La parisienne c'est l'événement de l'année... et quand on se bat une partie de l'année, que l'on surmonte une opération qui coupe le souffle et vous empêche de bouger... réussir à etre suffisament d'aplomb pour courir 7km aprés avoir mis KO un cancer quelques mois avant c'est juste génialissime ! Elle s'est entrainé comme elle pouvait, quand elle le pouvait. C'était difficile, parfois déprimant, mais elle s'est accrochée , et elle a pris le départ et en alternant marche et course.
Et elle termine ce challenge dans la joie en 1h01, un temps parfait car il laisse une petite minute comme cible d'amélioration pour l'édition suivante! Et c'est normal que les larmes aient coulé à l'arrivée, même si j'avoue que je ne les ai pas vues arriver!
Encore bravo à toi Maman, et bravo à toutes les ninjas qui se battent au quotidien contre la maladie !
Trop fière de vous les filles (petite pensée à une autre superhéroine qui se reconnaitra)!

toureiffel

  • Une envie de recommencer 

Vous l'aurez compris, la Parisienne c'est un week end de fête, où l'on est gatées tout en prenant soin de soi . On se fait du bien, au corps, et à l'esprit. C'est une intraveineuse de fun, de joie de vivre, de quoi recharger les batteries et repartir avec le sourire, le tout dans une des plus belles villes du monde!
Une course qui va devenir un incontournable dans mon calendrier, j'ai deja hâte de connaitre le thème de l'année prochaine, et si cela est possible,  de partager cette fête avec le plus de "runneuz" possibles!
Alors les filles, prêtes à vous inscrire? 

Posté par Kilometre à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2017

Semi marathon de la Bradery 2017 !

Le semi marathon de Lille 2017 restera à jamais gravé dans les mémoires: parce que c'est un semi marathon qui renait, parce que c'était la surprise de la rentrée , parce qu'il à fait mal physiquement et moralement ... et parce qu'on était tous contents de franchir la ligne d'arrivée ! 

 B9713051712Z
crédit photo: La voix du Nord édition du dimanche 2 septembre 2017

En tant que Lilloise, je me devais de participer au semi marathon de Lille cette année. C'est la course d'ouverture de la grande Braderie de Lille chaque 1er week end de septembre, un véritable week end de fête. Privés de Braderie en 2016, grand drame pour nous autres lillois, le semi marathon avait également été annulé pour des raisons de sécurité qui ne sont plus à présenter. On l'attendait avec impatience, peut etre trop... et c'est bien connu il ne faut s'attendre à rien pour ne pas être déçu . 

Je ne ferai pas une revue de course classique cette fois ci. Chacun y va de son avis sur internet, et je suis peinée de lire de mauvais commentaires sur la course, souvent écrits par ceux qui se complaisent en comparant à AVANT. C'est tout simplement du changement que nous ont proposé les organisateurs, le changement, ce truc que tout le monde veut et qui est mal assumé.

Aujourd'hui , j'ai simplement envie de vous dire pourquoi le semi marathon de Lille 2017 était une course génialissime , qui n'a laissé aucun des 7000 partants indifférents : 

1. Le renouveau du semi-marathon de Lille 

Le changement.. c'était samedi matin à 9h, heure du départ ! Parce qu'il fallait maintenir ce moment de fête en maitrisant la sécurité de la course. Depuis de nombreuses années, le semi marathon de la braderie de Lille débutait sur le Boulevard de la Liberté, un long boulevard d'un kilomètre, qui donnait sur un autre long boulevard, puis sur un autre. Une monotonie certaine. AVANT.  Le départ était donné à 9h... tout comme samedi.

AVANT c'était le gros bordel au départ, bousculades, piétinements, allure irrégulière, bradeurs et commercants qui avaient du mal à s'écarter pour laisser passer le départ de la course... bref AVANT tout était réuni pour se cramer dès le départ. Et il était long ce boulevard. L'avantage c'est que nous étions d'emblée plongés dans l'ambiance de braderie de la ville... mais les coureurs terminant aprés 1h30 de course avaient du mal à arriver tranquillement jusqu'à la ligne d'arrivée, tantôt dérangés par les bradeurs, tantôt par les odeurs de kebab pas frais, tantôt par les visiteurs de la braderie qui traversaient les rues sans prendre garde aux coureurs. Je précise que ce bonheur indescriptible intervenait surtout sur les 2 derniers kilomètres de course,  quand on en avait dejà 19 dans les baskets, et qu'à ce moment précis c'est très énervant d'être dérangé.  

Cette année... toujours un long boulevard, tout droit.. mais plus drôle : avec des mini tunnels et des spectateurs qui nous encouragent à chaque pont. Avec la même animation qu'AVANT au départ sans brocanteurs ni badauds dans nos baskets. Avec des montées et des descentes. Dès le début oui. Avec 2*2 voies rien que pour les 7000 coureurs au départ... qui JAMAIS ne se sont piétinés . Pas un bouchon. Le coup de départ, c'était vraiment pour courir. Et comme AVANT, Martine était là pour nous faire coucou. 

2. Sortir de sa zone de confort

AVANT, le semi marathon de Lille c'était le semi marathon le plus plat de France, et celui sur lequel on pouvait aisément faire péter le chrono. Et ce n'est pas Ezekiel Chebii qui dira le contraire aprés avoir battu le record en 59'05min en 2012... je m'y vois encore il arrivait que je n'avais pas encore bouclé 10km. C'est vous dire . 

L'édition 2017, à elle fait sortir tout le monde de sa zone de confort ! Et cela dès le départ que l'on a pris en descente puis en remontée avec le passage d'un mini tunnel, puis 2, puis 3 ... le parcours était valonné. Au total c'est une course présentant un dénivelé irrégulier de 100 m environ . Pas très plat, voyez vous ? 

denivelé

 

Il fallait s'en sortir de ces mini tunnels, et de ces faux plats interminables (jusqu'à 500m avant l'arrivée pour les faux plats). Et donc avoir de l'intelligence pour bien gérer sa course et en garder sous la semelle, ainsi que de la technique pour gérer les innombrables remontées . Un parcours un peu plus drôle en somme :) 

parcours


C'est aussi une course où le mental était important : d'une part , car le parcours était linéaire, on suivait le grand boulevard partant de Lille / La Madeleine vers Tourcoing pendant presque 9 kilométres. A partir du 15ème kilomètre le parcours nous faisait revenir sur nos pas pour prendre la direction de Roubaix, pour former un Y , celui de "Brader'Y". Repartir sur ses pas c'était vraiment difficile, cela nous pousse dans nos retranchements et fait appel à notre volonté profonde . J'ai moi même craqué à ce moment , physiquement : j'ai commencé a avoir des douleurs, qui ont disparu un peu aprés le 17ème kilométre pile au moment où nous repartions vers Lille. A ce moment , je courrais à une allure de 6'42 min au kilomètre alors que je cours à 5.55' habituellement. Ce passage était vraiment difficile. Et pour les 4 derniers kilomètres il fallait s'accrocher à son courage, et ne surtout pas lacher en montée. Petit rappel de l'article sur comment courir en montée qui aurait bien été utile à de nombreux participants. 

3. Une sécurité en béton armé

Et c'est peu dire. Cette année au programme, il y avait un petit village de départ situé prés d'un des plus jolis parc de Lille, le Parc des Géants. A l'entrée du village sur lequel se tenait le stand de chaque partenaire de la course, il y avait une fouille de chaque visiteur. Puis pour les coureurs un second controle au moment d'acceder au sas de départ.

21271002_804563859704740_2897227981003565961_n

SAS de Départ

Aucune voiture ne pouvait circuler, le périmétre de la course avait été grillagé au départ, et les bénévoles et agents de sécurité ont vraiment bien encadré le parcours et contribué à une sécurité optimale. De quoi rassurer les coureurs tout au long du parcours, il faut le souligner. 

4. Les ravitaillements 

3 pendant la course chaque 5 kimométres. Rien d'extravagant, juste ce qu'il faut, et bien organisé pour fluidifier la course au maximum . Les ravitaillements étaient repérables grace aux petits chapiteaux. Sur place de l'eau en bouteille AVEC bouchon, ce qui n'est pas toujours le cas , et des fruits frais ou secs. Il ne manquait que quelques poubelles 20m et 50 m aprés le ravitaillement, un peu à la méthode du marathon de paris , afin que les coureurs puissent jeter dans les poubelles plutot que sur la chaussée.
A l'arrivée, un ravitaillement plus conséquent attendait les coureurs, bien situé à 100 m de l'arrivée, de facon à ne pas encombrer la zone d'arrivée. 

5. La médaille à l'arrivée

21272539_804563959704730_1882053297722878734_n


La petite surprise de fin de course pour en garder un joli souvenir! Chaque coureur a été récompensé à l'arrivée par une médaille en forme de Y, qui représente le parcours du semi de la Braderie, devenue BRADER'Y pour l'occasion. Un petit souvenir, bienvenu et honnête pour le prix du dossard qui était un peu élevé ... normalement on compte 1€ du kilométre, ici 1.4€ . 
Une médaille soignée, bien plus qu'AVANT ... comme en 2012 où nous avions été récompensés d'une médaille sans cordon, juste remise dans un sachet plastique et peu travaillée esthétiquement. 

6. Le beau temps

Les conditions étaient idéales ce samedi pour bien courir, et heuresement. Aprés une petite bruine légére avant le départ, qui a laissé la chaussé un peu glissante par endroit, le soleil est apparu pour faire rougir les joues des participants: nous aurons bonne mine pendant quelques jours !
La température au départ était de 13 degrés, juste parfaite pour l'épreuve qui s'est par la suite avérée difficile d'un point de vue technique. Nous aurions pu courir sous la pluie battante aprés tout ...

7. Les supporters, la joie, la bonne humeur ! 

Enfin, quoi de mieux que d'être encouragés? Tout au long du parcours, qui je le rapelle se déroulait en dehors de Lille, dans les villes de La madeleine, Marcq en Baroeul, Wasquehal et Tourcoing de nombreux habitants étaient massés sur les barrières du Grand Boulevard, sur le bord de la course, d'autres animaient le parcours en transformant leur demeure en discothèque, les familles, les enfants encourageaient les coureurs. Bref chacun y a mis son petit grain de bonne humeur, d'encouragement, de déguisements, d'applaudissements... et ce sont toutes ces petites marques d'enthousiasme, d'encouragements, qui ont portés les 4511 finishers jusqu'à la ligne d'arrivée ! Merci à tous, et bien entendu merci aux organisateurs qui ont pris le risque d'une nouvelle formule et aux bénévoles sans qui il n'y aurait rien eu du tout. 

Alors non, on ne trouve pas de bons échos ou de bonnes notes de la nouvelle formule des courses de la Bradery, certes le prix du dossard était un peu élevé, mais il faut relativiser, ce n'était pas parfait mais loin d'être la catastrophe décriée ici et là. Le parcours n'était pas plus monotone qu'AVANT, il était plus difficile, plus technique que ce que l'on connaissait deja , et ce parcours a poussé les vrais coureurs à une vraie performance. Un semi marathon authentique, pas un exercice touristique. C'est un nouveau parcours qui nous a tous surpris, qui était difficile comme en atteste les 2500 abandons. La chaussée était parfois glissante et cela fait partie des aléas de la course à pied. L'organisation de la course , le balisage était bien plus abouti que lors des éditions précédentes, les remises de dossard et la médaille souvenir aussi et il ne faut pas oublier le contexte dans lequel la métropole lilloise a décidé d'organiser cet événement. 

Pour terminer, je tenais à féliciter tous les nouveaux semi marathoniens qui ont eu le courage de se lancer dans l'aventure d'une course de 21km ce samedi. Une course inédite, inhabituelle et surprenante. Ce semi marathon est de loin l'un des plus difficiles qu'il m'ait été donné de faire, techniquement, et moralement. C'était une course où l'endurance était de mise, un excellent exercice qui j'espère vous aura enthousiasmé et renforcé pour d'autres aventures . Ne lachez rien ! 

Et en prime, quelques photos de Lille: 

21314333_804564069704719_2149288160533735605_n21271355_804564106371382_5653286448376168587_n21272336_804564089704717_7568715584532705053_n 

 

29 août 2017

Que faire une semaine avant un semi-marathon?

L'épreuve approche et le stress monte. C'est normal quand on s'apprête à courir un semi marathon. Voici un petit pense bête des bonnes pratiques à respecter la semaine avant l'épreuve du semi marathon. 

 

SEMI

Je bois régulièrement , au minimum 1.5L d'eau par jour pour bien fixer les glycogènes musculaires. Les glycogènes musculaires c'est votre petite réserve d'énergie qui va vous donner des ailes. Alors on ne lésine pas sur l'eau car on a besoin d'énormément d'eau pour bien constituer cette réserve magique. Outre l'eau on boit du thé , du café, mais point trop n'en faut pour garder un bon sommeil (la caféine et thérine met 8h à disparaitre du corps) . J'évite absolument les boissons gazeuses, même zéro, ainsi que l'alcool. 

Je soigne mon sommeil avec un minimum de 7h par nuit pour bien être reposé. Le corps doit arriver frais sur la ligne de départ, il faut pour cela bien dormir. Quelques petits conseils : éteindre mobiles, télévisions, dormir dans le noir le plus complet et soigner sa literie. Pas de stress si vous dormez mal la nuit précédent l'épreuve, c'est normal et cela ne vous empéchera pas de bien courir. Vous aurez tout le temps de récupérer aprés la ligne d'arrivée. 

Je soigne mon alimentation. La dernière semaine, on mange équilibré et cela autant que possible en limitant les repas préparés. Il faut cuisiner et constituer son assiette en 3 portions égales : une de protéines (viandes blanches et poissons grillés sont parfaits) , une de légumes et une de sucres lents (pâtes, riz, quinoa). On conserve bien entendu une source de matière grasse dans chaque repas car c'est essentiel au bon fonctionnement de l'organisme: on choisit une MG saine comme l'huile d'olive (pas plus d'une cc par assiette) . Les 3 jours avant la comptétion j'augmenterai raisonnablement mon apport en sucre lents, sans pour autant ne faire que des repas à base de pâtes. Il ne faut pas perturber l'organisme. Bien entendu, pas question de commencer un régime alimentaire cette semaine là. 

Je prépare à l'avance mes affaires. Il faut éviter toute source de stress à quelques heures du départ, car c'est toujours un peu stressant de prendre le départ d'une épreuve longue. Et c'est normal, c'est signe que l'on est prêt à en découdre! Mais point trop n'en faut. Je prépare donc mes affaires de courses quelques jours avant, je vais récupérer mon dossard à l'avance si cela est possible, je prends le temps de m'organiser, de réfléchir à mon heure d'arrivée sur le village de départ, de réfléchir à l'endroit où je pourrai me garer. Pour vous aidez, vous pouvez relire cet article sur comment bien préparer son sac de course. 

Je fais un repérage du tracé, ou je me renseigne sur le parcours. C'est rassurant de savoir ce qui nous attend, à moins d'être féru de surprises. Si cela vous est possible, parcourez en voiture ou en vélo le tracé de la course afin de vous faire votre idée de la course. A l'arrivée débriefez : où sont les difficultés du parcours? Où devrez vous levez le pied? Quels sont les endroits parfaits pour pousser la cadence? Cela vous aidera à préparer votre plan de course. 

Je peux faire un run dans la semaine. C'est toujours le problème qui tiraille durant la dernière semaine, ira ou n'ira pas? Un run n'a jamais fait de mal dans la dernière semaine, mais hors de question de pousser le rythme. Ce run n'éxédera pas 45 minutes afin de ne pas trop fatiguer le corps , et aura pour vocation un petit décrassage pour se rassurer et arriver en pleine forme. L'idéal est de le faire le mardi ou le mercredi si votre épreuve à lieu le week end. 

La veille de la course : pasta party! La pasta party c'est un moment très convivial la veille d'une épreuve. On y rencontre les coureurs qui prendront le départ, souvent en tenue de sport, on entend parler de course à pied, on partage ses expériences avec d'autres runneurs, bref on se met gentiment dans l'ambiance de course, cette jolie fête ! Et en prime, on fait le plein de sucres lents! Bien sur, si vous ne pouvez ou ne choississez pas d'assister à la parta party de la veille, n'oubliez pas de faire votre propre pasta party maison, c'est primordial pour vous assurer une belle course le lendemain.

Le petit déjeuner, pris au minimum 3h avant le départ, sera composé d'une boisson chaude (thé ou café), de céréales, pain , de fruits , de confiture, éventuellement d'une portion de protéine (type blanc de poulet) , la règle étant que tout devra être disgeste ! Il existe des cake énergétiques à consommer au petit déjeuner (comme les produits Overstim et le Gatosport) qui peuvent tout à fait remplacer tous les composants précités, mais mieux vaut l'avoir testé avant afin d'éviter les mauvaises surprises (gout déplaisant, lourdeur, indigestion) .  

Le matin de l'épreuve : Restez zen. Arrivez à l'avance. Ne changez rien à vos plans c'est trop tard. Ne testez pas de nouveaux produits (alimentaires, textiles, chaussures) Placez vous dans le sas correspondant à votre niveau. Ne partez pas trop vite, la foule a tendance à vous entrainer sur un rythme plus soutenu que le votre et vous le paierez quelques kilométres plus loin.  Détendez vous, et profitez de chaque minute de ce beau voyage au travers de votre volonté ! Et quand bien même les choses ne se passeraient pas comme vous le souhaitez, relativisez, ce n'est qu'une course et c'est deja génial d'en avoir pris le départ ! 

Posté par Kilometre à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 août 2017

Petits conseils pour bien courir déguisés

Comme vous le savez, je suis très friande des déguisements lors des courses à pied, ça met toujours un peu d'ambiance. Certes ce n'est pas toujours évident de courir déguisé , et pour que la bonne dose de fun que vous souhaitez insufler à la course à pied ne vire pas à la catastrophe, voici quelques petits conseils qui pourraient vous aider dans le choix de votre déguisement avant une course d'obstacles déguisée :

- Evitez les chapeaux, casquettes lunettes, couronnes, oreilles ou tout complément de déguisement que vous voulez porter sur la tête... car si vous devez passer sous un filet , ce qui est assez fréquent, vous les perdrez forcément ! De même pour tous les accessoires que vous voudrez porter dans les mains. D'ailleurs, certaines courses vous interdisent les accessoires par mesure de sécurité! 

- Evitez les déguisements tout fait, et taille universelle: parce que c'est souvent taillé petit, parce que le textile n'est pas fait pour courir, car votre haut va remonter tout le temps, et parce que vous en aurez tellement marre de le remettre en place,que vous préférerez le retirer et finir tout nu ... et nous on ne veut pas vous voir tout nu ! :) Essayez donc le déguisement avant de l'acheter, prenez le ample car avec l'humidité il va rétrécir et se déformer. Sinon créez le par vous même! Exemple avec un truc hyper bateau mais qui fait son petit effet , le tutu, en plus il existe de nombreux tuto pour le créer vous même avec un petit budget et un peu de temps.

11156187_422457007915429_5445120769193510481_n

- Laissez place à votre imagination en adaptant votre tenue de run a votre super héros préféré . Voici un exemple ci dessus, mon déguisement de wonderwoman 100% DIY. Je l'ai enfilé par dessus mes vétements de running. La fameuse culotte de wonderwoman est crée avec un vieux legging bleu et des étoiles en papier autocollant dessinées à la main. J'ai cree les bottes grace à de vieux collants rouges et un ruban rigide blanc pour les bottes que j'ai collé. Je les avais enfilées sur mes chaussures en les craquant aux semelles pour ne pas glisser (technique du pantalon fuseau, vous voyez?) . Un débardeur rouge, une cape, une volonté d'enfer... et hop le tour était joué! :) 

- Prenez des gants de musculation ou des vieux gants... cela vous aidera à affronter les obstacles (hmm l'écharde en passant cette paroi de bois, oh la belle brulure sur les cordes, aie les cailloux dans les tunnels) 

- Portez vos maillots de bains. Ce sera plus comode pour traverser les bassins ...Attention les filles, maillot une piéce ou 2pieces dos nageur . Petit rappel avec cet article sur les soutiens gorges de course et leur importance ! De manière générale, essayez de garder autant que possible les éléments basiques de course, les sous vêtements adaptés, un cuissard et un tee shirt technique afin d'éviter les frottements douloureux avec les matières des déguisements..

14249901_1580516095576469_4885956998315787831_o

(crédit photo : album facebook de la Charette du diable 2016)

- Eviter les combinaisons en peluche (type licorne)  les matières "mousses" ... . Oui, la combinaison c'est super, mais vous risquez de transpirer beaucoup... et la combi ne s'aérera pas et ne séchera pas non plus. Et ca sent vite mauvais + la boue + l'eau des bassins ... De plus bonjour les frottements sur le corps avec le textile qui ne séche pas et qui va frotter votre peau. Et même là, la meilleure crème anti frottement ne pourra rien faire pour vous! :) Donc, à moins de mettre ses vetements habituels de running au risque de les détériorer, ..la combi on l'oublie ! 

- Utilisez vos vieilles baskets, de préférence des trails, et surtout non craquées . En effet, il est déconseillé de courir avec une basket dont le mesh est deja craqué, car vous finirez probablement votre course pieds nus. La boue colle à la semelle, vous allez modifier vos appuis a l'intérieur de la chaussure, vous cramponner à votre semelle sans vous en rendre compte, glisser dans votre chaussure. Et vous blesser. Forcément, si la chaussure n'est pas adaptée aux terrains glissants, elle se détériorera très vite... et si votre mesh est deja endommagé c'est poubelle ! En bref, on choisit une ancienne paire qui n'a rien à craindre dont le mesh est intact. 

- Souriez! Vous allez etre "starisés"... on y pense pas toujours en se déguisant, mais les spectateurs et les journalistes sont trés friands des coureurs originaux . Si vous vous déguisez vous serez photographiés, alors jouez le jeu. Et surtout ASSUMEZ  si vous vous retrouvez en photo déguisé en sado maso dans le journal local. Vous n'aurez aucun recours pour le droit à l'image, car bien souvent en acceptant le réglement général de la course, vous acceptez aussi d'être photographiés. 

J'espère que ces petits conseils vous aideront, n'hésitez pas à venir poster les photos des meilleurs déguisements de course en commentaire, cela servira d'aide mémoire :) Voici quelques uns de mes déguisements de course

17504542_285071001924752_3862745892063017377_o

 crédit photo: album facebook de l'urban trail d'Arras 2017 

Screenshot 2017-08-28 at 13

(crédit photo: running59: album les foulées valenciennoises 2015 ) 

14316757_640700576086894_5450793515642533201_n

(crédit photo: Album 2017 de la Charette du Diable sur facebook) 

 

-> On se retrouve bientôt sur les courses déguisées??

Rendez Vous le 3 septembre à Auchel pour la 1ere édition de la Ch'ti Délire "Le terril de l'enfer".. le terril est parfait pour vous faire rêver! Ca va etre génial! En plus c'est mon copain Pierre qui fait la pub! 

20902377_343517899425207_3227376062736367616_n

Et rendez vous le 1er octobre à Villeneuve d'ascq pour les guerriers du stadium !! Et ca promet !! :)

INSCRIPTIONS , REGLEMENT et MOTIVATION disponibles à cette adresse : http://www.lachtidelire.fr/

Posté par Kilometre à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2017

Courir en côte ... pour les débutants !

2009_MontDesErmites_211_

Courir en côte est un effort intense. Ca monte, ca pique les cuisses, le souffle est court, on devient tout rouge... et même si on s'arrete pour marcher , ça grimpe encore et la relance est difficile . Le cauchemar... et le cauchemar de nombre de coureurs non ou mal préparés qui se font prendre au piège pendant les courses dès qu'il faut remonter une petite pente. C'est pourtant une technique à part entière, et il faut s'accorder une séance spécifique en pente de temps en temps pour pouvoir les aborder sereinement et progresser en course à pied! 

Voici quelques conseils pour vous motiver à la grimpette ! Petit rappel , je ne suis pas une professionnelle, ni une coach, ni une championne, il s'agit juste de conseils basés sur mon expérience en course à pied pour vous aider à bien l'apprehender

- COMMENCER DOUCEMENT : pour vous entrainer , choisissez un dénivelé qui correspond a votre objectif de course. ll y a surement un terrain valonné prés de chez vous, une petite cote qui grimpe doucement mais longtemps, une cote qui grimpe plus sechement, .. et si vraiment il n'y a rien pour vous faire chauffer le quadriceps... un pont et ses escaliers fera l'affaire . Prenez vos baskets, commencez votre run doucement, en respirant bien... et fixez vous l'objectif de grimper cette cote en aisance respiratoire. A la fin de votre séance , débrieffez . A quel moment avez vous commencé à lacher le rythme, comment vous sentiez vous, sauriez vous le refaire tout de suite... puis recommencez jusqu'à ce que les choses deviennent plus faciles. 

- VARIER LES TERRAINS  : vous éviterez ainsi la routine, vous ne vous habituerez pas à un terrain spécifique, et vous travaillerez en profondeur.

- POSITIVEZ ! Abordez la cote comme un objectif a atteindre, réalisable et que vous pourrez améliorer par la suite . Prenez le comme un jeu et non comme une contrainte. Envisagez les choses positivement cela vous aidera! Et si vraiment c'est difficile, pensez qu'aprés la montée vient la descente! 

grimpette

- ALTERNEZ MARCHE ET COURSE . Qui n'a jamais eu les jambes molles aprés une petite montée bien piquante? C'est normal ! Ne parlons pas de l'état des poumons! Il faut néanmoins se préparer à poursuivre la course. L'option de faire une pause pour retrouver vos jambes et votre souffle est bien sur acceptable, néanmoins, si votre objectif est chronométrique, autant vous motiver dès l'entrainement. Il faut s'entrainer physiquement et mentalement à affronter cette difficulté, et à vous régénérer en course. Si c'est difficile, ne vous arretez pas et continuez d'avancer. L'idéal, c'est de trouver un ryhtme marche/course qui vous permettra de vous remettre (et de souffler!) tout en gardant un rythme, puis vous courrez quand vous vous sentirez mieux. 

- CADENCEZ ! "Cadence, cadence, cadence"... les maitres mots de grands runners. Fixez vous un rythme tel un métronome que vous vous efforcerez de suivre. Cette astuce est valable pour toute épreuve en course a pied. 

- HAUTS LES GENOUX. La posture pour grimper est spécifique, pour vous aider , pensez à vous redresser avant de commencer la montée, afin d'ouvrir le torax pour bien respirer. Pensez à lever les genoux. Selon le pourcentage de la côte, votre buste s'inclinera spontanément, mais surtout veillez à ne jamais vous recroqueviller. Posez le pied à plat tant que vous le pouvez, cela dépend de l'inclinaison de la pente. Plus la pente est sèche, plus la réception du pied se fait sur la pointe. Faites attention à votre appui qui est trés important dans votre relance de foulée. Selon le pourcentage de la côte, le déroulé du pied sera différent (plus le pourcentage est élevé, plus votre pas s'apparentera à de la marche, et c'est normal). Toujours: Soufflez, et soufflez bien . 

grimpettte

- UTILISEZ VOS BRAS! Parole de runneuse, quand on a plus de jambes... on a toujours des bras, et en théorie, on a toujours sa tête! Au moment où vos jambes commenceront à fatiguer vous pourrez utiliser le haut du corps. Tirez vos coudes vers l'arrière . A droite, à gauche, à droite , à gauche...et maintenez la cadence . Soufflez encore :) 

- RESPIREZ! C'est là le plus important! Pensez à votre souffle c'est ce qui vous fera tenir. Cela ne s'invente pas il faut s'exercer. Alors même sans courir, commencez dès maintenant: prenez les escaliers, allez vous balader, marchez en cote, faites travailler le cardio... tout cela vous permettra d'être moins éssouflé au quotidien et améliorera gentiment votre VMA ! Des petits gestes du quotidien, mais qui vous rendront service !

--> Motivé(e)s?

On se retrouve sur des courses qui grimpent? Les 23 et 24 septembre 2017, rendez vous prés de Valenciennes pour la course des terrils  !

Inscriptions à cette adresse http://www.coursedesterrils.org/inscription

Source photo de l'article: http://www.coursedesterrils.org/galeriedephotos/mont-des-ermites-2009#jp-carousel-5994, et galeries de Running59 (Trith 2014 et Course des Terrils 2009)

Posté par Kilometre à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2017

Mes routines à quelques semaines d'un semi marathon

Outre l'entrainement, il faut aussi soigner son mode de vie et notamment l'alimentation. 
Voici mes quelques petites routines quand je prépare une épreuve, et je les commence au plus tard 3 semaines avant l'épreuve pour être en forme le jour J (même si elles sont a appliquer au quotidien) : 

1. Vive l'eau !

De l'eau , de l'eau , de l'eau. Est ce nécessaire de rapeller que notre corps est composé de 65% d'eau. Je vous laisse compter combien de litre cela fait (pour une personne de 70kg c'est environ 40l) . Il faut donc boire afin d'assurer au corps un fonctionnement optimal, avec un bon renouvellement cellulaire. Le minimum a consommer est de 1.5L par jour. Et c'est bon pour le cerveau, bien penser et réfléchir. 
Et en plus de cela, on peut y ajouter du thé vert, café le matin, et infusions l'aprés midi. 
Fini l'alcool entre 15 jours et un mois avant l'épreuve , et plus si cela vous est possible, mais il faut l'avouer notre entourage n'est pas composé que de runners , donc si craquage il doit y avoir, autant limiter la casse au maximum: 1 biére peu alcolisée en 25cl, un verre de vin blanc trés sec sont les meilleures alternatives, l'idéal étant de s'en passer totalement et durablement.

 clipper


 Mon bon plan : je prends une bouteille d'eau par jour que j'emmene partout du réveil au coucher. Au moment du coucher elle doit etre vide. Vous verrez sans vous en rendre compte, vous ne saurez plus vous en passer. 
 Mon bon plan  : Clipper, une marque infusions et thé 100% bio et hyper abordable aux gouts renversants! Impossible de ne pas avoir soif quand on y a gouté! Petit plus pour l'infusion Hibuscus Réglisse, une tuerie douce.  
 Je ne saurais que vous conseiller également les Yogi Tea ! De la qualité, du goût, et de quoi méditer à chaque tasse. De la zenitude en boite qui vous hydratera a longeur de journée avec un super rapport qualité prix.  

 

2. Je chasse au maximum le gout sucré /  Je soigne mon alimentation 

Et c'est difficile car c'est une drogue. Je vous en parlerai en détail dans quelques jours , en m'appuyant sur le livre "comment j'ai décroché du sucre". C'est troublant, et extremement difficile à mettre en application. Mais petit à petit on change , on prend conscience de la présence du sucre, de la quantité consommée quotidiennement et on modifie ses habitudes. Ici je dis bien éviter le gout sucré, et non proscrire, ce qui est impossible car le sucre est présent dans les fruits et les pâtes qui sont nécessaires pour une bonne alimentation en running. On se débarasse donc du chocolat , des biscuits (beurk),  des plats cuisinés et préparations que vous n'auriez pas cuisiné maison, petit à petit si possible on diminue la dose de sucre que l'on ajoute aux boissons chaudes, on supprime les sodas light même zéro qui vont entretenir votre dépendance au sucre , on vire les pains blancs qui ont l'apport glycémique d'un bonbon au bénéfice du pain complet. De préférence, il faut consommer des pâtes et du riz complet. Les fruits sont la meilleure source de sucre si vraiment vous en ressentez le besoin. Choisissez les de saison et de qualité.

marche

 Mon bon plan primeurs : Les magasins O'tera ou Grand Frais offrent une belle sélection de fruits de qualité, issus en majorité de circuits courts. Choississez les de préférence bio, mais c'est selon le budget de chacun. Si aucune de ces enseignes n'est présente a proximité, vous avez surement un petit marché tout prés de chez vous avec des cultivateurs qui sauront vous vendre de bonnes choses. 

3. Adios le stress ! 


Quand on veut on peut. Et pour pouvoir il faut s'organiser un peu. Et il n'y a que de cette facon que l'on peut prendre de bonnes habitudes. J'organise mes repas a l'avance et je cuisine en avance de facon a ne pas craquer sur l'alimentation . Mon truc c'est de passer une aprés midi le week end ou une soirée en semaine a préparer mes plats a l'avance en fonction des recettes que j'affectionne, et je congèle mes plats. Il n'y a plus qu'à les décongeler, et en 10 minutes c'est pret. C'est un gain de temps considérable chaque jour, idéal pour suivre un plan alimentaire et limiter les dérapages ...bref,  moins de questions a se poser au quotidien!
Je prépare également mes affaires pour m'entrainer a l'avance. Mon astuce c'est de préparer des petits sacs en toile avec mes affaires et je n'ai plus qu'à les remettre petit à petit dans mon sac de sport. 
Je note tout ce à quoi je dois penser, cela m'évite d'encombrer mon esprit de "choses à penser". Et je suis beaucoup plus zen ! 
Je planifie au maximum : les sorties , de facon à pouvoir respecter mon quota d'heure de sommeil... parce que c'est hyper important! 

 Mon bon plan organisation : l'application Wunderlist qui vous permettra de vous décharger de tout ce que vous devez penser. C'est un aide mémoire virtuel, il vous suffit d'y noter tout c
e que vous avez à faire. Wunderlist se chargera de vous le rappeller. 

4. Au dodo !

C'est primordial.  minimum 7h par nuit, et dans le noir absolu. Parce que le moindre faisceau lumineux activera l'hormone du réveil la sérotonine, qui vous mettra en veille plutôt que dans un sommeil profond et vous empéchera de récupérer. L'obscurité la plus totale permet au cerveau de sécrèter une hormone nocturne la mélatonine. La mélatonine a une influence sur la glycémie. Moins on la sécrète, plus on a faim. Tout est lié... 
Ne ratez pas non plus le train du sommeil : dès que les premiers signes se font ressentir baillements, yeux qui fatiguent : au lit ! Et sans smartphone, sans animal de compagnie. Bref chassez tout ce qui pourra perturbez votre sommeil. Ou achetez des boules quies. 

Mon bon plan dodo : si il vous est impossible d'obtenir un noir total pour vous reposer, penser a acheter un masque de sommeil (comme dans les avions). Cela aidera vos yeux a ne plus détecter la lumière, et vous dormirez plus profondément. Soignez également la qualité de votre literie , c'est important pour la récupération musculaire. 

5. Chouchoutage à gogo !

chouchoute


Il y a des petits rituels réconfortants à s'accorder aprés un bon entrainement. Des petits massages des zones douloureuses avec des huiles relaxantes, ou de l'arnica, des soins du corps ou du visage a s'offrir. Chouchoutez vous, soyez à l'écoute de votre corps, accordez vous une parenthèse bien être , votre corps vous le rendra ! 
 Mon bon plan relax : les huiles de massages Eona, aux huiles essentielles bio et terriblement réconfortantes ! 

eona

15 août 2017

Semaine 2 séance 1 : J-15 avant le semi marathon de Lille

15 aout = 15 km . C'est comme ça à la maison, on ne badine pas avec la Sainte Marie !

coool

Ce matin, aprés un bon repos d'une dizaine d'heure - l'orage matinal m'ayant aidé à rester plus longtemps sous la couette - je me suis décidée à enfiler la tenue et à partir courir. Mon objectif était m'accorder du temps, pour une session longue , pour me préparer à mon prochain objectif le semi-marathon de la Braderie de Lille qui aura lieu dans 15 jours. (note aux débutants: La préparation est rapide, car je suis habituée à courir). Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, d'autant plus que c'était soirée entre copines hier et que l'on a profité comme il se devait (mais sans abus) des terrasses du Vieux Lille ! :) 

Semaine 2 de la préparation donc. J'ai emporté avec moi une gourde d'eau , une barre de céréale et de la musique au cas où je trouverais le temps long. Au bout du compte, c'est 15.40 km que j'ai effectué en presque 1h40 , sur un terrain tout à fait inhabituel (où je me suis un peu perdue d'ailleurs), mais qu'importe, j'ai reussi à courir longtemps ce qui était mon but , le tout en aisance respiratoire. Bien mieux que la semaine dernière, où j'avais du mal a trouver mon souffle et à prendre mes marques avec les Asics Gel Pursue 2 .

Pas de point de coté, pas d'essouflement à outrance, c'était une balade agréable autour du Lac du Héron de Villeneuve D'Ascq. Je suis trop contente de cette session , et j'ai hate d'être à la prochaine, jeudi. 

Place au repos désormais... j'ai quelques articles a écrire cette aprés midi, et je profite de celui ci pour dire un grand merci aux 200 followers de Vie2runneuz.com sur Instagram! Vous me motivez à fond, et j'espère vous le rendre! 

 

13 août 2017

Bilan semaine 1 préparation du semi marathon de Lille 2017

Bilan de cette semaine de reprise et d'entraiment pour le semi marathon de lille 2017 . 

acti

Semaine marquée par un changement de matériel , j'ai commencé a utiliser mes nouvelles Asics, les Gel Pursue  2, et elles sont trés différentes de celles auxquelles j'étais habituée depuis 8 mois, les Fujipro. Mine de rien , il faut retrouver ses repères , réadapter sa foulée, et j'ai eu un peu de mal a m'y habituer à la 1ere séance. Mais me voila relancée. 

Autre difficulté de la reprise, le souffle. Aprés une période d'arret, bénéfique bien sur, j'ai tout de même perdu en puissance respiratoire, et je l'ai ressenti a chacune de mes séances. Encore une ou deux seront nécessaires avant de pouvoir accèlerer un peu. 

Au final, 25 km répartis en 3 séances sur cette première semaine. C'est encourageant, et j'ai hâte d'être à demain pour pouvoir effectuer la prochaine session. J'avais oublié comme on dort bien aprés tout cela! :)

La seconde semaine se composera de 2 séances d'endurance mardi (15km) et jeudi (10km) et d'une séance courte de fractionné vendredi soir surement sur piste. Le week end sera un repos total ou presque :)