29 septembre 2017

LA COURSE DES TERRILS : LES ALLUMES

22008100_814139505413842_6554271734878552708_n

La course des allumés des terrils c'est ma course préférée de l'année. Frontale vissée sur la tête , 1500 coureurs affluent au Château de la Princesse d'Aremberg situé à Raismes, tout prés de Valenciennes. Nous sommes au pied d'une ancienne mine de charbon, le soleil se couche et l'objectif se dresse à l'horizon : 2 beaux terrils bien hauts et bien noirs nous attendent dans la pénombre ... pour nous en faire voir de toutes les couleurs!!  Je vous raconte! 

Commençons , comme chaque revue de course par un feedback sur le retrait des dossards. La course des terrils fête cette année son 33eme anniversaire , et cela ne s'invente pas: tout est rodé! En arrivant sur le village de départ, tout est bien indiqué et bien fléché. On récupère d'abord son numéro de dossard en consultant les listes de coureurs affichés sur des tableaux. On circule bien dans cette zone, il n'y a pas de bouchons... et chose faite, il n'y a plus qu'à s'adresser au bon comptoir. Les dossards sont classés de 1 à 500, de 501 à 1000... ce qui rend le retrait encore plus rapide. En tout moins de 5 minutes, et nous sommes arrivés 45 minutes avant le départ, comme de coutume. 

21768050_814144328746693_872669344736310026_n

22007759_814144278746698_2937576356479933363_n

Aprés vérification de l'identité et du certificat médical, on nous remet une enveloppe, contenant le dossard et le ticket pour retirer le tee shirt souvenir. Pour les adeptes, le tee shirt c'est un objet de collection ! Cette année il est noir et cintré pour les femmes (les éditions précédentes il s'agissait de la gamme Run By Night de Kalenji, avec les couleurs flashy) et orange fluo pour les hommes. Le partenaire sportif principal c'est Decathlon, et son stand nous attend sur le village avec ses prix préférentiels sur les articles runnings (frontales, vetements de trail..) ET sa roue traditionnelle : chaque détenteur de dossard peut tourner la roue, et tenter de remporter une réduction allant de 5€ à 15€. Et on a gagné le gros lot! 
Autre point important d'un village de départ: les pipi's rooms. Il y en a partout de chaque coté du village et en nombre suffisant. 

La course des allumés est une course nocturne , festive et chronométrée . Chaque année, quelques coureurs se déguisent,  et une fois n'est pas coutume, je n'ai pas pu résister à l'appel de la joie de vivre,  et j'ai entrainé dans ma folie mon cher Sébastien ! Bonnie and Clyde version cape et loup sont de la partie! Ok nous ressemblons aussi à un couple de sado maso... ON SAIT! 

22089225_814144408746685_6761526174048070083_n

Vers 18h45 les coureurs s'amassent vers la ligne de départ, située proche de la base de loisirs. Plusieurs vagues de départ sont prévues et c'est tant mieux. Le flow de coureurs à toujours du mal à se désépaissir et cela forme des bouchons aux abords des obstacles et des chemins de foret. 

22008391_814144378746688_4518126189211847526_n

A 19h la première vague s'élance. Nous sommes dans la seconde, qui part 5 minutes plus tard. Et c'est la fête! De nombreuses familles viennent applaudir le départ, certains munis de klaxons font du bruit, les gens applaudissent... c'est trés convivial et chaleureux. Nous entrons dans la foret au 1er kilométre, et petit à petit le mode trail se met en place. On se suit, on s'entraide en prévenant des obstacles "boue", "caillou", "trou", ...

Enfin, le moment tant attendu arrive. Nous voilà arrivés au pied du monstre. Pourtant, il ne paye pas de mine ce terril ... enfin, à première vue. C'est vrai qu'il à l'air abordable, surtout si on s'arrete pour prendre le temps de voir la foule de coureurs qui partent vaillament à l'abordage.  

22007538_814143588746767_6601270691207911191_n

Détrompez vous. Il y a un truc à savoir avant de commencer l'ascension. De quel coté monter. La majorité des coureurs suivent le flow. L'idéal c'est de passer sur les cotés. Plus haut il y a des rainures qui permettent de mieux s'accrocher à la pente. C'est presque de l'escalade à certains endroits... et à vrai dire, on se courbe très vite... je dirais qu'un coureur moyen tient 30sec en état normal , puis s'accroupit, met les mains aux sols, pense à ses grands-parents / arrières grands parents mineurs ,  se salit , et termine à 4 pattes en maudissant ses poumons et ses cuisses. 

Chacun vit l'expérience à sa manière, mais peu font les malins au milieu du terril. Une fois engagé, il est presque impossible de redescendre et la foule qui arrive derrière fait que l'on avance toujours. Pour profiter du spectacle il vaut mieux s'arrêter en haut, et récupérer avant de reprendre. Voici quelques photos du spectacle des loupiotes qui grimpent : 

22007938_814149635412829_7885447180194632058_n

22046943_814149748746151_4827665924643932786_n

T'inquiète c'est roulant  !  

Le souffle retrouvé , il faut poursuivre l'effort, car il nous reste encore près de 7 kilomètres à parcourir, et aprés la montée du 1er terril, arrive la descente !  Et c'est là qu'il faut se méfier des trous, à peine éclairés par les frontales, les pierres qui roulent et autres aléas du trail. On est vite emportés dans le flux de coureurs, et je ne saurais que conseiller de ralentir pour éviter les blessures. En bas du terril, grosse ambiance grace au public venu soutenir les coureurs! Entre le 1er et le 2ème terril c'est un parcours nature, dans la foret , avec les montées, descentes, terrains variables,et pas mal de boue ... pour mon plus grand plaisir. Nous passons également le long du chevalement. Le chevalement, c'est en quelque sorte l'ascenseur qui permettait aux mineurs de descendre dans la mine à l'époque. Aujourd'hui il ne reste que les imposantes structures métalliques, et celui ci est éclairé. Avec la pénombre et le 1er quartier de lune, impossible de ne pas admirer le tableau. Et voilà encore un arrêt "tourisme" pour ma part. 

21768285_814149712079488_2217461883046613690_n

Le 2éme terril arrive au 5ème kilomètre. On se dit qu'il ne sera pas pire que le premier. Il est juste différent, plus haut, et nous ne l'abordons pas de la même facon. Nous empruntons cette fois le sentier de randonnée , l'ascension sera donc progressive. Il n'y a pas trop de bouchons de ce coté là (lors des précédentes éditions on se suivait à la queue-leu-leu ). Par contre qu'est ce que ça grimpe, et ça n'en fini plus! L'effort ici, c'est l'endurance, de la vraie course en montée. La fin est difficile, beaucoup (moi même) marchons. Nous n'atteignons pas le sommet du terril, nous contournons et redescendons directement. 

parcoursallumes17

La dernière partie de la course ce sont de longues lignes droites, d'abord sur un chemin pavé, typique du nord. Il faut trouver ces appuis sur ce type de terrain très instable, et de bonnes chaussures de trail aident à l'effort. Ensuite, il s'agit d'un chemin type sentier et bien entendu on passe de nombreuses zones boueuses. J'ai senti des ailes pousser sous ma cape de Superwoman à ce moment là, j'ai accèléré sans m'en apercevoir à un moment où tout le monde semblait ralentir. Est ce l'éclairage à la frontale? Est ce le fait de dépasser sans cesse les autres coureurs? Est ce la fraicheur de la foret à ce moment? Toujours est il que j'ai gardé une super cadence que j'ai tenu pendant presque 2.5km jusque l'arrivée, avec une petite baisse de régime à un moment donné, mais Séb m'a relancée. 

22090033_814149692079490_2912605776831445497_n

L'arrivée enfin ! Elle se situe face au Château de la Princesse d'Aremberg, et sous les applaudissements. C'est la fête sous le portique, l'animateur s'apprete à récompenser les vainqueurs masculins et les championnes , il y a de la musique qui donne envie de danser . La façade du chateau est illuminée par des couleurs changeantes. 

Le ravitaillement! Chaque année il y a foule, chaque année on s'y précipite et chaque année on y est acceuillis avec le sourire . Le ravitaillement est bien garni, sucré et salé, il y a de tout pour bien récupérer. Des robinets sont installés à proximité et des gobelets sont distribués aux coureurs pour aller se servir directement. 

Enfin, dernière tradition de la course des allumés des terrils: La soupe à l'oignon!! C'est la partie 2 du ravitaillement, la soupe est généreusement offerte aux coureurs, et croyez moi, la nuit venue et aprés un trail de 9km c'est super réconfortant et délicieux! Pour les plus affamés, on trouve aussi sur le village food truck , buvette , friterie... bref tout est pensé pour fêter la course avec sa petite tribu. 

La fête de la course des allumés s'arrête là, mais reprend le dimanche matin avec les courses diurnes, et notamment avec les courses de 3km (La Familiale), de 9km (la Furtive), de 16km (l'Authentique), de 25km (La sauvage) , une randonnée et même une course pour les Petits Quinquins (les enfants). 

J'espère vous avoir convaincu de l'interet et de l'ambiance festive de cette belle course à pied de la région Hauts de France, et si vous en voulez encore, voici une très belle vidéo réalisée il y a 2 ans, et qui reflète tout à fait l'ambiance!